Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Intempéries et inquiétudes : Essaouira en état d’alerte




Intempéries et inquiétudes : Essaouira en état d’alerte
Les pluies du samedi 18 décembre 2010 n’étaient qu’un avant-goût d’une vague d’intempéries marquant l’hiver turbulent qui pointe le nez. Essaouira qui se trouve au cœur de ces turbulences a encore une fois vécu une nuit de terreur sous le vent et les pluies abondantes.
Depuis la nuit du lundi 20 décembre 2010, la ville a renoué avec les pluies torrentielles et nocturnes et surtout un vent assez violent. Tout le monde est à pied de guerre maintenant, des postes de commandement provinciaux et locaux instaurés, et les moyens humains et logistiques sont  mobilisés.
A la campagne, certains oueds ont repris  leur déversement. Du coup, les routes sont coupées, les activités suspendues, et les services de base perturbés comme c’est le  cas pour l’enseignement et la santé.
A Mogador, centre urbain de la province, les habitants manifestent leur inquiétude quant au déficit des infrastructures. Les images choquantes des inondations des rues et boulevards suite aux précipitations, pourtant limitées dans le temps, du samedi dernier, continuent à susciter le doute et l’incertitude. On commence vraiment à craindre le pire avec cette nouvelle vague d’intempéries.
« Si les pluies limitées du samedi dernier ont été à l’origine de débordements des égouts de la ville, il faudrait s’attendre au pire avec l’actuel bulletin météo qui annonce l’arrivée de pluies plus abondantes. Les images scandaleuses du lotissement 5 où se mélangent eaux pluviales et polluées reflètent clairement comment on se prépare à l’hiver dans une ville touristique comme Essaouira !», nous a déclaré un citoyen manifestant son inquiétude.
En réaction au bulletin météo, comité provincial de suivi, autorités locales, Protection civile, santé publique, gendarmerie Royale, entre autres, sont depuis hier en état d’alerte. Le ministère de la Santé a mis en place un P.C provincial, les médecins du CHP sont mobilisés, et les centres sanitaires  à la campagne assurent la permanence pour parer à toute éventualité.  Même constat pour la Protection civile sur le qui-vive à tous ses niveaux. 

Abdelali Khallad
Vendredi 24 Décembre 2010

Lu 438 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs