Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Intégration des jeunes dans les économies rurales

L’ONU pour des conditions de travail décentes




Des efforts supplémentaires devraient être déployés en faveur de l’intégration des jeunes dans les économies rurales, a déclaré l’Organisation des Nations unies dont une récente initiative promeut la création d’emplois et des conditions de travail décentes au profit des jeunes.
Présentée récemment au siège de l’ONU, en marge du Forum annuel de la jeunesse des Nations unies, « l’Initiative mondiale pour l'emploi décent des jeunes » est placée sous l’égide de l'Organisation internationale du travail (OIT).
A travers cet ambitieux plan, l’agence onusienne entend « créer des emplois pour les jeunes et les accompagner dans leur transition vers la vie active ».
Pour Guy Ryder, directeur général de l’OIT, il s'agit d'un partenariat unique entre les gouvernements, les Nations unies, les entreprises, les institutions académiques, les organisations de jeunesse et d'autres groupes visant à se mobiliser pour créer de nouvelles possibilités et de nouvelles pistes vers un emploi de qualité dans l'économie mondiale.
Il est aussi question d’« aider les jeunes à acquérir les compétences requises pour pouvoir rivaliser sur le marché du travail actuel », a-t-il ajouté.
La nouvelle initiative mondiale de l'ONU comprend notamment un volet axé sur la promotion des possibilités d'emplois en faveur des jeunes dans l'agriculture et l'économie rurale. « Elle vise à répondre aux niveaux élevés de chômage chez les jeunes en intensifiant l'action à travers le système des Nations unies et dans tous les secteurs de l'économie mondiale », écrit la FA0 qui a naturellement salué cette initiative louable.
Brave Ndisale, sa directrice adjointe de la Division de la protection sociale, a rappelé à cette occasion que «la pauvreté et la faim ne peuvent pas être éradiquées sans se préoccuper de l'insuffisance, au plan mondial, des opportunités et des conditions d'emploi offertes aux jeunes, surtout aux jeunes femmes et notamment celles qui vivent dans les zones rurales».
L’agence onusienne, qui dirigera l'un des huit domaines thématiques de cette stratégie, en l’occurrence celui relatif aux jeunes dans l'économie rurale, assure sur son site Internet que «des efforts supplémentaires devraient être déployés pour intégrer les jeunes dans les économies rurales afin de promouvoir la sécurité alimentaire et les moyens d’existence durables».
A ce propos, la FAO rappelle qu’«aujourd'hui, la plus grande partie des denrées alimentaires produites dans le monde sont le fruit du travail des petits exploitants agricoles âgés dans les pays en développement». Car, poursuit-elle, « leur vieillissement nécessite une relève qui doit être assurée par une nouvelle génération d’agriculteurs dont il convient de garantir l’accès à de nouvelles technologies et approches nécessaires si l’on veut nourrir la population mondiale croissante tout en protégeant l'environnement ».
Respecter les droits de l'Homme, promouvoir l'égalité des sexes et appliquer les normes internationales du travail et d'autres cadres normatifs pertinents des Nations unies. Tels sont les principaux principes directeurs sur lesquels repose l'Initiative de l’ONU qui, «vise également à promouvoir l'investissement pour améliorer l'éducation et les compétences des jeunes».
A en croire la FAO, cette initiative devait spécifiquement impliquer les parties prenantes principales et les leaders mondiaux dans l'action politique de haut niveau en faveur de l'emploi des jeunes; développer et intensifier les politiques et les interventions nationales et régionales relatives à l'emploi des jeunes; rassembler l’expertise existante et améliorer les connaissances sur ce qui fonctionne pour l'emploi des jeunes ainsi qu’exploiter le mieux possible les ressources existantes tout en mobilisant des ressources supplémentaires.
Selon Guy Ryder, «aujourd'hui, deux jeunes sur cinq en âge de travailler sont au chômage ou occupent des emplois trop mal rémunérés pour échapper à la pauvreté. Le piège de la pauvreté au travail affecte pas moins de 169 millions de jeunes. Dans les pays à bas revenu, la situation est encore pire, puisque neuf jeunes sur dix occupent un emploi informel, c'est-à-dire occasionnel, peu rémunéré et sans aucune protection de la loi».
Il est à souligner que cette Initiative a été élaborée par 19 organisations internationales qui se sont engagées à renforcer l'impact des politiques de l'emploi au profit des jeunes et à élargir l'action au niveau des pays en vue d’offrir des emplois décents aux jeunes femmes et hommes, indique-t-on.

 

Alain Bouithy
Lundi 8 Février 2016

Lu 477 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs