Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Institut Cervantès : «Cinéma de terreur» à Rabat




Dans le cadre du rendez-vous cinématographique «Cinéma de terreur», l'Institut Cervantès de Rabat organise dans ses locaux la projection d'une série de films de terreur, du 27 septembre au 2 novembre, à 19h.
«Ce cycle propose un voyage de frayeur et de cris inattendus à travers le cinéma fantastique produit en Espagne au cours du siècle dernier. Il prévoit notamment une œuvre clé des années vingt «Le sixième sens», un classique du genre», souligne-t-on à Cervantès. Où l'on précise que d’autres  «titres récents de courts et longs métrages, culminés par un film d'animation » figurent aussi au programme de cette édition cinématographique.
C'est dans le cadre de ces soirées-ciné qu'a été projeté mardi soir «REC» (2007), un film signé des réalisateurs P. Plaza et J. Balagueró. L'occasion pour les cinéphiles qui ont pu apprécier « l'histoire d'une journaliste qui tourne un reportage dans une caserne de pompiers. Tout allait bien, jusqu'à ce qu'une intervention routinière de sauvetage tourne au drame », comme le suggère le synopsis du film.
Cervantès invite de nouveau les cinéphiles mardi 4 octobre pour la projection du film intitulé «De Profundis» (2006) du réalisateur M. Prado. Dans ce film, nous est conté l'histoire d'une brave femme attendant le retour de son bien-aimé d'un voyage chargé de péripéties. D'une durée d'une 1h11, « ce film s'apparente à un poème animé », commente-t-on à l'Institut.
La semaine suivante, 11 octobre, Cervantès proposera au public de découvrir «Le sixième sens» de N. Sobrevila, réalisé en 1929. Une occasion de voir comment « la caméra se substitue à un véritable sixième sens humain, l'optimisme devient le maître mot du discours de Carlos qui se lie d'amitié à León», explique-t-on.
Quatre courts métrages figurent également au programme de «Cinéma de terreur». Ils seront projetés durant la soirée du 18 octobre. Le premier, «Brésil» de J Javier Gutiérrez (2001, 18'), raconte la vie de Otto, un ouvrier qui découvre l'infidélité de sa femme. Il ne procédera au divorce qu'après s'être vengé. Le second, «Mains» de L. Varela (2001, 16') plonge le spectateur dans les ténèbres d'une salle de torture tandis que le troisième court métrage, «Perturbé» de S. Segura (1993, 12') nous dévoilera les fantasmes d'un psychopathe obsédé sexuel.
Le quatrième court métrage de la soirée est intitulé «Le train de la sorcière”. Ce film de 9 minutes, signé de K. Serra (2003), « présente un homme qui passe pour un cobaye pour expérimenter la conduite humaine sous l'effet de la frayeur ».
«La Zone» de R. Plá (2007, 1h30) devait clore ce cycle de cinéma le 2 novembre. Avec à l'affiche « Alejandro, un adolescent qui vit dans une zone résidentielle enclavée. La délinquance et l'insécurité ont conduit sa famille à s'y installer auprès des populations touchées par ces phénomènes ».
Signalons que tous les films diffusés lors de cette édition sont en version originale espagnole avec un sous-titrage en français.

ALAIN B.
Vendredi 30 Septembre 2011

Lu 284 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs