Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Chauffeurs

Adieu shorts, tongs et polémiques sur le football: les chauffeurs de taxi de Sao Paulo doivent se plier depuis lundi à un nouveau code de conduite s'ils ne veulent pas être sanctionnés par la municipalité de la mégapole brésilienne.
La municipalité prévoit une amende d'environ neuf dollars pour les conducteurs mal coiffés, mal rasés ou aux ongles douteux.
Cette mesure fait partie d'un programme visant à réguler les applications de réservation de taxi sur smartphone et la concurrence du service de voiture avec chauffeur Uber.
En vertu d'un décret publié fin décembre, les chauffeurs de taxi doivent porter une chemise, un jean sombre ou un pantalon de costume, une ceinture et des chaussures fermées. Les conducteurs de véhicules de luxe doivent, eux, revêtir un smoking ou un costume-cravate.
Les chauffeurs de taxi sont aussi tenus d'"éviter les polémiques" liées au foot, à la politique ou à la religion, et s'efforcer de recevoir le passager avec "optimisme et allégresse". Les jurons sont bannis.
Discriminer un passager, ne pas mettre de chargeur de portable à disposition ou refuser le paiement par carte bancaire sont également passibles de sanction.
Les applications mobiles devront proposer à compter de début mars un espace où les utilisateurs pourront noter la qualité du service. En fonction de ces évaluations, les éventuels contrevenants risqueront un passage devant une commission de discipline voire une action en justice.
A l'image d'autres grandes villes dans le monde, les chauffeurs de taxi de Sao Paulo sont opposés à l'implantation d'Uber dans cette cité de 12 millions d'habitants. Ils protestent depuis plusieurs mois contre les projets de la mairie visant à encadrer les nouveaux entrants sur le marché.


Thé

La police turque s'est lancée à la recherche d'un homme qui a blessé une personne en ouvrant le feu sur la devanture d'un débit de thé, outré qu'un serveur ait osé lui demander de payer le double du tarif habituel, a rapporté le quotidien Sabah.
Une altercation a éclaté entre le client et le propriétaire de l'établissement lorsque ce dernier lui a présenté une note de 2 livres turques (environ 60 centimes d'euros) pour un verre de thé, généralement facturé moitié moins.
Très en colère, le client a été éloigné de l'établissement par ses amis mais y est revenu quelques minutes plus tard en ouvrant le feu à quatre reprises depuis son véhicule.
Une personne âgée qui sirotait son thé a été blessée lors de la fusillade, selon le journal Sabah, qui a ajouté que son auteur était toujours en fuite lundi en fin de journée.
Le fameux thé noir turc, servi dans des petits verres en forme de tulipe, est la boisson chaude la plus populaire de Turquie. Chacun de ses habitants en boit en moyenne environ un millier de verres par an.

Mardi 26 Janvier 2016

Lu 142 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs