Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Personnes déguisées
 
Le groupe de rock britannique The Beatles s’est reformé, samedi dernier, à Mexico, où 294 adeptes ont reproduit les styles emblématiques de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, dans l’espoir de battre un record du monde.  Les participants se sont rassemblés dans le bois de Chapultepec au son des mélodies du quatuor de Liverpool, arborant les vestes militaires colorées de l’album “Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band”, de fausses moustaches ou les lunettes rondes de John Lennon.
La mairie de la capitale mexicaine avait lancé cette initiative, afin de battre le record du monde du nombre de personnes déguisées à la manière du groupe culte des années 1960. 
Sur Twitter, l’adjointe au Tourisme a précisé que la participation avait été constatée par un notaire et que “les preuves seront envoyées” au Guinness des records pour être homologuées.
 
 

 
Candidate
à la présidentielle

Saran Séré-Sérémé, une des deux femmes candidates à la présidentielle au Burkina, a affirmé à l’AFP qu’elle ne pouvait voter parce qu’elle a été “cambriolée” et n’avait plus de pièces d’identité ni de carte d’électeur.
“Ma maison a été cambriolée et toute mes pièces ont été volées. Je me suis rendue compte il y a trois jours que les différents documents n’étaient plus là”, a-t-elle indiqué. “J’ai appelé le président de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) pour avoir une dérogation il m’a dit que cela est impossible”, a-t-elle ajouté. “Ma sécurité n’a pas été assurée, mon domicile a été braqué. La police et la gendarmerie devaient assurer ma sécurité”, a-t-elle critiqué.
Les autorités ont annoncé avoir assuré la sécurité rapprochée et la protection des domiciles des 14 candidats. Un seul, le candidat écologiste Ram Ouédraogo a refusé la sécurité publique, a indiqué le ministre délégué à la Sécurité Alain Zagré.
Mme Saran Séré-Sérémé est une des outsiders du scrutin qui doit tourner la page de la transition mise en place après l’insurrection populaire qui a chassé Compaoré, qui tentait de modifier la Constitution pour pouvoir briguer un nouveau mandat.

Mardi 1 Décembre 2015

Lu 125 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs