Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Voleur

Une femme qui allait faire ses courses en banlieue de Detroit (Michigan, nord des Etats-Unis) a vu un voleur sortir en courant d'un magasin, poursuivi par un vigile, et a tenté d'intervenir en faisant feu sur la voiture du fuyard.
Le voleur à l'étalage, un homme d'une quarantaine d'années, n'a pas été blessé et a réussi à prendre la fuite, selon le journal Detroit Free Press.
La tireuse, 48 ans, était sur le parking d'une grande surface de bricolage quand elle a vu un homme en sortir en courant. Le voleur est monté dans sa voiture et la femme a alors tiré dans un des pneus du véhicule, selon la police locale.
Il est peu probable que la femme soit poursuivie: elle possédait en effet un permis de port d'armes.
La police de Auburn Hills n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP mais a donné quelques détails de l'affaire sur Twitter. Elle a précisé que le magasin poursuivait son activité normalement et a demandé aux habitants des environs de les appeler s'ils aperçoivent la voiture "avec un pneu crevé" du suspect. Cet incident intervient quelques semaines après une scène similaire, déjà près de Detroit, où un client a tiré sur un braqueur de banque. Le tireur, âgé de 63 ans, possédait lui aussi un permis de port d'armes et le maire de la commune de Warren, Jim Fouts, avait affirmé qu'il avait agi dans son bon droit car le braqueur l'avait menacé en se dirigeant vers la sortie. Le braqueur, âgé de 43 ans, avait été hospitalisé pour des blessures aux bras et à une jambe. Jim Fouts avait loué l'action du tireur, notant qu'il avait "apparemment fait attention à ne pas tirer sur des parties vitales du voleur". L'éternel débat sur la libre circulation des armes à feu aux Etats-Unis a été ravivé après une fusillade la semaine passée qui a fait dix morts dans une université de l'Oregon (nord-ouest).

 

Confusion

L'ISIS, une école d'ingénieurs du sud de la France, a été victime devant les douanes canadiennes de son homonymie avec le groupe État islamique, a-t-on appris mercredi auprès de cet établissement.
L'ISIS, école d'ingénieurs informatique et systèmes d'information pour la santé dans la ville de Castres, porte le même nom que l'un des acronymes en anglais habituellement utilisé pour désigner les jihadistes de l'EI. Ce qui a inévitablement attiré l'attention des douaniers canadiens, quand l'école a commandé il y a quelques mois à une entreprise canadienne du matériel de géolocalisation pour des programmes de recherche.
"S'agissant de matériel jugé potentiellement sensible, la douane canadienne l'a bloqué", a expliqué à l'AFP un membre de la direction de l'école, qui a requis l'anonymat. "Et il a fallu deux mois de démarches pour que l'école parvienne enfin à obtenir sa commande", a-t-il déploré.
L'école ne veut pas "faire un psychodrame de cette histoire" même si elle se serait "bien passée de cette association" de mots, a commenté son responsable, qui a exclu "pour l'instant" que l'école change de nom.

Mercredi 14 Octobre 2015

Lu 112 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs