Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Insolite
Maîtresse

C’est bien connu, la justice américaine a l’habitude de voir passer pas mal de cas pour le moins… originaux. En témoigne cette histoire révélée par le «New York Post» : James Greenwald, un retraité de 88 ans, est poursuivi en justice par son ancienne maîtresse, Theodora Lee Corsell, de vingt-deux ans sa cadette, car il n’a jamais voulu quitter sa femme.
Cette dernière, au courant de cette liaison extraconjugale qui aura duré pendant six années, aurait dit à son mari qu’elle préférait encore «les voir six pieds sous terre» plutôt que de lui accorder le divorce.
N’ayant décidément pas froid aux yeux, l’ancienne maîtresse de l’homme lui réclame pas moins de deux millions de dollars en guise de compensation.
Pour appuyer sa demande, Theodora Lee Corsell affirme avoir aidé professionnellement son ex-amant. Elle clame aussi que c’est grâce à elle qu’il a pu s’éloigner d’une ancienne conquête… qui, elle, lui réclamait trois millions de dollars.
Si l’on se fie aux déclarations de Theodora Lee Corsell, son amoureux de l’époque lui aurait déclaré : «Je te dois tout et je te dédommagerai». De son côté, l’avocat de James Greenwals a affirmé que son client ne quitterait pas sa femme tout en minimisant la portée de l’affaire. Nous voilà rassurés.

La puce à l’oreille

Une candidate au bac en Algérie a été surprise en flagrant délit de fraude au moyen d’un système de communication satellitaire dissimulé dans son oreille, a révélé mercredi une chaîne de télévision.
La candidate avait dans l’oreille une puce électronique “sophistiquée” lui permettant de se faire dicter les réponses par un correspondant utilisant une communication satellitaire, a expliqué un surveillant lors d’un reportage diffusé par l’A4 en présence de la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit.
Lorsque la jeune fille a été surprise, son correspondant, qui ne s’en est pas rendu compte, a continué de dicter les réponses, a ajouté le surveillant en soulignant que la candidate a signé un procès-verbal de reconnaissance de fraude. “Le recours à ces techniques sophistiquées démontre qu’il n’y a pas eu de fuite des sujets”, a commenté la ministre.
Le surveillant n’a pas précisé comment le souffleur avait eu vent des énoncés.
Dès le premier jour du bac dimanche dernier, le parquet d’Alger avait ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite de cas de fraude via le réseau social Facebook. 

Samedi 13 Juin 2015

Lu 576 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs