Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Insolite
Destruction
 
Les douanes françaises ont annoncé avoir saisi à l'aéroport parisien Roissy-Charles-de-Gaulle 14.000 crocodiles gonflables, des jouets flottants qui ne respectaient pas les normes de sécurité et qui ont été détruits par la suite.
Ces crocodiles gonflables, des jouets de piscine ou de plage, avaient été expédiés depuis Hong Kong et devaient être vendus en France. Mais les douaniers de l'aéroport parisien, épaulés par les services spécialisés du laboratoire des douanes et de la répression des fraudes à Lille (nord) les ont déclarés "non conformes aux normes de sécurité en vigueur dans l'Union européenne".
Plusieurs incohérences ont été relevées entre l'emballage, qui réservait par exemple le jouet aux enfants de moins de 3 ans et de moins de 45 kilos, et les pictogrammes figurant sur le crocodile, qui autorisaient son usage jusqu'à 80 kg et à partir de 6 ans.
"Les douaniers sont très attentifs sur les objets gonflables car ils sont très dangereux", et ils redoublent de vigilance à la période estivale, a précisé une porte-parole.
 
Pilote
 
 Un pilote de la compagnie aérienne britannique Flybe a momentanément perdu le contrôle de son avion quand la pince qui fixait sa prothèse de bras aux commandes s'est détachée, a rapporté jeudi le Bureau d'enquête sur les accidents aériens (AAIB).
L'avion transportait, le 12 février dernier, 47 passagers de Birmingham à Belfast lorsque le pilote a vu "sa prothèse se détacher de la pince" la fixant aux commandes de pilotage, "le privant du contrôle de l'appareil", ce qui a donné lieu a un "rebond" de l'avion lors de l'atterrissage, sans que cela ne fasse de blessés, selon le rapport du AAIB.
"Le commandant de bord auquel il est fait référence dans ce rapport est l'un des pilotes les plus expérimentés et digne de confiance de Flybe", a déclaré Ian Baston, le directeur des opérations en vol et de la sécurité de la compagnie aérienne.
Celle-ci "confirme qu'à aucun moment, la sécurité des passagers ou du personnel n'a été compromise de quelque façon que ce soit et que l'avion n'a pas été endommagé", a-t-il ajouté.
Selon le rapport du Bureau d'enquête sur les accidents aériens (AAIB), le pilote de 46 ans avait vérifié que sa prothèse était bien fixée aux commandes avant l'atterrissage. Il avait ensuite désactivé le pilote automatique et procédait à un atterrissage manuel lorsque l'incident a eu lieu, ce qui l'a conduit à reprendre le contrôle de l'avion à l'aide de son bras droit valide.
"Du fait des gaz toujours actifs et d'une possible rafale ayant affecté l'avion, l'atterrissage qui s'est déroulé normalement a été suivi d'un rebond de l'avion qui s'est alors posé lourdement", précise le rapport de l'AAIB.
Le pilote a promis d'être plus prudent à l'avenir en vérifiant mieux la fixation de sa prothèse et en informant ses copilotes de la possibilité qu'un tel événement se reproduise, ajoute le rapport.
 

Libé
Lundi 25 Août 2014

Lu 29 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs