Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Insolite
Zoo

Un zoo du centre de la Chine, devenu la risée des internautes après avoir présenté comme lion africain un imposant mastiff tibétain, a fermé temporairement, a rapporté vendredi un média chinois. Ce zoo de la ville de Luohan, dans la province du Henan, qui a déjà "modifié plusieurs panneaux erronés désignant ses pensionnaires", a fermé ses portes "à des fins de rectification", selon le journal Jinghua Shibao.
Le zoo a également présenté des excuses publiques, a précisé le quotidien.
Plusieurs articles de presse avaient attiré l'attention cette semaine sur ce parc animalier où un gros chien roux à l'épaisse crinière était logé dans une cage dotée d'un panneau "Lion d'Afrique".
La manoeuvre n'avait pas réussi à tromper un garçonnet de six ans, qui s'était étonné de voir aboyer l'animal présenté comme le roi des animaux, avait raconté le quotidien Dongfang Ribao.
Les médias ont également fait état d'autres curiosités, comme un renard blanc exhibé comme "léopard", deux ragondins dans la cage aux serpents, et un autre chien présenté comme un loup.
Des supercheries raillées sur les réseaux sociaux chinois, où un internaute a ironisé: "Ils auraient au moins pu choisir un husky en guise de loup".
Les autorités du parc où se situe le zoo ont pour leur part indiqué que la gestion de celui-ci avait été déléguée à une firme privée depuis 1998.

Insolite
Joint

Un jeune canadien qui avait lancé un message sur Twitter pour se procurer du cannabis a reçu une réponse pleine d'humour de la police, son employeur a été moins amusé et l'a licencié.
Sous le nom de Sunith Baheerathan, ce mécanicien avait posté mardi ce message sur le réseau social: "Y a-il un revendeur à Vaughan pour se faire 20 dollars de hash. Rendez-vous chez M. Lube au coin de Keele et Langstaff, j'ai besoin d'un joint ou deux pour tenir jusqu'à la fermeture".
"Super, est-ce que nous pouvons venir aussi?", a répondu illico la police de Toronto, un échange retweeté plus de 3.000 fois, le plus souvent avec amusement. En fait, la police voulait montrer qu'elle surveillait les réseaux sociaux et l'internet, a expliqué jeudi à l'AFP Blair McQuillan, l'officier qui a envoyé le tweet. Chacun doit savoir qu'il peut être tenu pour responsable de ce qu'il diffuse sur Twitter, a-t-il ajouté.
La police de Toronto a pu lancer auparavant des enquêtes pour des échanges sur les réseaux sociaux mais aucune n'a débouché sur des poursuites judiciaires jusqu'à maintenant, selon lui.
"Dans ce cas précis, nous avons jugé que d'envoyer des policiers chez M. Lube pour attendre que quelqu'un vienne ne serait pas la meilleure façon d'utiliser nos forces", a poursuivi Blair McQuillan. "Nous avons donc décidé d'avoir une approche plus légère de façon préventive".
"Nous savons que l'envoi de messages comme +ne prenez pas de drogues+ est en pure perte dans l'immensité du réseau en ligne et donc nous préférons avoir une approche humoristique et montrer que nous ne sommes pas simplement des drones avec un insigne".

Libé
Jeudi 22 Août 2013

Lu 91 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs