Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Insolite
Braquage

Deux braqueurs ont fait une bien mauvaise affaire en braquant une supérette de Düsseldorf, en Allemagne. Selon le site du Point, les deux hommes sont repartis avec un bien maigre butin. En effet, ils n'ont volé qu'une tirelire en forme de cochon contenant 20 centimes d'euro et deux barres chocolatées ! Autant dire qu'il ne s'agit pas du braquage du siècle...
Selon un communiqué de la police, les malfaiteurs ont fait irruption dans le magasin, et l'un des braqueurs a menacé le gérant de la supérette avec un pistolet. C'est le déclenchement de l'alarme qui leur a fait prendre la fuite. "A la manière de procéder, on peut soupçonner qu'il ne s'agit pas de criminels professionnels", souligne un porte-parole de la police dans le quotidien allemand Bild. "Ça a commencé comme un roman policier et ça se termine en farce", commente d'ailleurs le journal.
De son côté, le gérant du magasin, tout de même un peu choqué parce ce qu'il a vécu, a fait le compte du préjudice subi : "Dans le cochon, il y avait 20 centimes et les barres chocolatées qui coûtent 1,20 euro, au total, ça fait 2,60 euros". La compagnie d'assurance qui s'occupe du propriétaire de la supérette peut être rassurée...

Insolite
Blessure

Quand on aime, on ne compte pas. C'est en tout cas la maxime que pourra répéter ce français quinquagénaire après avoir perdu sa main droite. Selon France 24, le chasseur de 55 ans a malheureusement dû être amputé de la main droite après un accident pas banal survenu dimanche dernier lors d'une battue de chevreuil près de Saint-Michel-de-Double, dans l'ouest de la Dordogne. En voulant faire un câlin, le troisième chien a appuyé sur la gâchette du fusil.  "Il s'est jeté sur moi, pour me faire un câlin, quoi, en se jetant, il a posé la patte sur le fusil et le coup est parti" raconte le malheureux auprès d'un journaliste de France Bleu Périgord.L'homme a été transporté en hélicoptère au centre hospitalier régional de Bordeaux. Une fois sur place, l'amputation n'a pu être évitée. Le chasseur certifie qu'il n'en veut pas "du tout" à son chien. "Ce n'est pas la faute du chien. Et il est adorable! Je n'avais qu'à laisser la sécurité sur le fusil, c'est tout". Tout est est bien qui finit presque bien.

Libé
Samedi 22 Septembre 2012

Lu 401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs