Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite




Bague oubliée

La police de Hong Hong enquête actuellement sur la disparition d’une bague de plus d’un million d’euros, oubliée dans les toilettes d’un grand hôtel.
“Une femme de nationalité étrangère a laissé une bague avec une émeraude, d’une valeur de 12 millions de dollars de Hong Kong (1,2 million d’euros), dans les toilettes au quatrième étage de l’hôtel Four Seasons à Hong Kong”, a déclaré mercredi une porte-parole de la police, rapporte le quotidien Sud-Ouest.
Quelques minutes plus tard, la femme s’est aperçue de son oubli. Elle est retournée dans les toilettes, mais la bague avait disparu.
D’après un quotidien chinois, le bijou appartiendrait à la co-Présidente de la société d’horlogerie-joaillerie suisse Chopart.
La police n’a pas confirmé l’identité de la femme. Une récompense d’environ 50.000 euros à été promise à la personne qui permettrait de retrouver la bague.
Le vol a été commis le 8 septembre 2011 mais vient d’être rendu public.
La bague est sertie d’une émeraude de 16,83 carats, entre deux diamants, tandis que l’anneau porte à lui seul 674 minuscules pierres précieuses rapporte encore Sud-Ouest.

Magistrat voleur

Dominique Gaboret-Guiselin, un juge de l’affaire Carlos, a été condamné pour avoir dérobé une pendule qui se trouvait dans les locaux de la présidence de la Cour d’assises au moment du procès du terroriste. “Il n’y a pas d’explication, il s’agit d’un moment d’égarement” a expliqué le magistrat de 63 ans, relayé par La Dépêche, au cours de son audition. C’est la procédure du plaider-coupable qui a été utilisée pour le prononcé de la peine. Cela consiste à reconnaître les faits pour ensuite négocier à huis-clos une sanction moins lourde, à l’amiable, avec le juge pénal, le but étant d’éviter un procès. Les faits remontent au vendredi 9 décembre 2011. Le prévenu siégeait comme assesseur supplémentaire pour le procès Carlos et avait volé une horloge qui se trouvait dans les locaux de la présidence de la Cour d’assises à l’issue de l’audience. “J’ai moi-même restitué l’horloge” explique le magistrat en s’adressant à la juge. Son avocat Me Gyslain Di Caro n’a pas également manqué de souligner que ce n’est pas la présence de caméras de vidéosurveillance qui a incité son client à restituer l’objet du délit et qu’il a toujours voulu rendre cette pendule.
“Alors pourquoi l’avoir volée?” s’interroge la juge. Le prévenu invoque une “extrême fatigue” et son défenseur précise que Dominique Gabert-Guiselin prenait des médicaments pour soigner une pathologie. Des comprimés susceptibles de troubler son discernement. Des explications confuses qui ont incité la justice à prononcer une peine de 6 mois de prison avec sursis et de 2000 euros d’amende.

Libé
Lundi 23 Janvier 2012

Lu 222 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs