Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Un café pas comme les autres




Insolite : Un café pas comme les autres
Au milieu de collines verdoyantes du nord de la Thaïlande, Linda se penche sur une bouse d'éléphant constellée de grains de café, qu'elle se met à ramasser. Une fois lavés et torréfiés, ces grains ingérés la veille par des pachydermes permettront de fabriquer un café unique, l'un des plus chers au monde.
"Quand j'ai présenté mon projet aux cornacs des éléphants, j'ai bien vu qu'ils me prenaient pour un fou", se souvient Blake Dinkin, fondateur de la société Black Ivory coffee.
Avant d'atterrir dans cette région aux confins de la Birmanie et du Laos, plus connue pour le trafic de drogue que pour le café, ce Canadien a longuement réfléchi. 
Il a pensé à utiliser des civettes, chats musqués vivant notamment en Afrique, pour fabriquer un café appelé "kopi luwak". Plusieurs fabricants en produisent déjà en Afrique et en Asie, avec une procédure quasi industrielle et des animaux placés en cage pour faciliter la collecte des fèves.
Il a aussi étudié l'hypothèse des lions ou des girafes, avant de découvrir que les éléphants mangeaient parfois du café pendant les périodes de sécheresse en Asie du Sud-est.
"Au début je pensais qu'en donnant quelques grains à des éléphants, cela permettrait de faire un bon café. C'était horrible et imbuvable. Il m'a fallu neuf ans pour réussir à faire réellement ce que je  voulais", ajoute le quadragénaire.
Le ventre de l'éléphant fonctionne comme une "mijoteuse", selon le producteur, qui vante un breuvage aux nuances d'herbes et de fruit, acquises au contact des autres aliments consommés par les éléphants. Quant aux acides de la digestion, ils permettent de supprimer l'amertume du café, assure-t-il.
Toutefois, pour Aleaume Paturle, propriétaire du café Lomi à Paris, un lieu incontournable des amateurs de petit noir dans la capitale française, l'intérêt de ce café reste anecdotique.
"Ce type de café est amusant mais ce n'est pas le meilleur produit. Pour faire un café vraiment bon, il faut maîtriser la fermentation. Et quand cela se fait dans le ventre d'un animal, c'est forcément plus compliqué...", explique-t-il.
Si au final le breuvage a un goût "assez inconsistant", le fait de savoir que les grains ont transité par le ventre d'un éléphant en Thaïlande confère "une part de rêve" au produit, reconnaît-il.
Au point que ce café, jusqu'ici uniquement proposé dans des hôtels de luxe en Asie, y est vendu plus de 60 euros les cinq tasses de la taille d'un expresso. 
La rareté de cette boisson (150 kilos pour la récolte 2015) participe à son image de marque.
Surfant sur la tendance en Europe des "grands crus" de café, prisés par une clientèle prête à mettre le prix dans des nectars d'exception, le "Black Ivory" devrait être bientôt à la carte d'établissements à Paris, Zurich, Copenhague ou encore Moscou.
"Le concept correspond parfaitement à notre philosophie, qui est d'assurer à nos clients des expériences uniques et de repartir avec une histoire incroyable", assure Mark Thomson, du groupe qui détient les hôtels de luxe Anantara.

Mardi 16 Juin 2015

Lu 232 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs