Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Top 10 des déclarations de footballeurs qui ne veulent rien dire




Insolite : Top 10 des déclarations de footballeurs qui ne veulent rien dire
On peut dire ce que l’on veut, mais les footballeurs ont le sens de la formule, c’est indéniable. Avec une petite tendance à se réapproprier les expressions de la langue française, pour le meilleur et pour le pire. Surtout pour le pire en fait. Mais toujours avec autodérision, car comme dirait Franck Ribery : «Moi personnellement, je me critique moi tout seul».
1. «Il faut rendre César à César» - Patrice Evra  Pour un mec qui parle de lui à la troisième personne, c’est plutôt logique en fait.
2. «L’Allemagne est une équipe très difficile à jouer. Elle joue toujours avec 11 internationaux» - Steve Lomas  C’est dingue le réservoir de joueurs en Allemagne : tous les gens qui ont été alignés en équipe nationale ont au moins une sélection! Pareil pour les clubs allemands : tous leurs joueurs sous contrats sont des professionnels!
3. «J’ai eu beaucoup de mal à m’adapter à l’Italie, c’était comme vivre à l’étranger» - Ian Rush
 Quand on est habitué à l’accent gallois, l’Italien, c’est forcément exotique.
4. «C’est beau ce stade Vélodrome qui est toujours plein à domicile comme à l’extérieur» - Franck Ribery  Pas plus tard que le week-end dernier, le Vélodrome était à Nantes, il avait fait le voyage en bus, et l’ambiance était au top.
5. «Je suis fermement convaincu que si vous marquez un but, l’autre équipe doit en marquer deux pour l’emporter» - Howard Wilkinson  Howard Wilikinson aurait pu être prof de maths, il a choisi d’être entraîneur. Comme quoi les conseillers d’orientation font bien leur boulot parfois.
6. «Nous avons dominé 99% du match. Ce sont les 3% restant qui nous ont coûté la victoire» - Ruud Gullit  Il faut être à plus de 100% sur certains matchs. Ruud dispute des matchs à 102%, particulièrement difficiles à gagner.
7. «Nous ne les avons pas sous-estimés. Simplement ils ont été meilleurs que nous l’imaginions» - Bobby Robson.
 Robson a eu quelques inspirations de ce genre : «Un avantage à domicile vous donne un avantage» ou «un jour, une équipe finira le match avec davantage de buts que le Brésil, et ce jour là, ils pourraient bien perdre.»
8. «On ne va pas brûler la peau de l’ours avant de l’avoir vendue» - Abdeslam Ouaddou Ben ouais après l’avoir brûlée, c’est quand même beaucoup plus difficile de la vendre. Une fois vendue, tu en fais ce que tu veux de ta peau d’ours, c’est ton problème...
9. «Sur les 9 cartons rouges qu’on a pris cette saison, on en a peut-être mérité la moitié ...» - Arsène Wenger  On va quand même te filer le demi-carton qui manque pour cette phrase, Arsène, pour arrondir. Ça ne remet pas en cause la qualité de consultant d’Arsène Wenger qui avait noté que «tant qu’aucun but ne serait marqué, le match serait serré». Bien vu.
10. «En compétition, il y a toujours un premier et un dernier, mais l’important est de ne pas être le second de soi-même.» - Luis Fernandez 

Mardi 13 Mai 2014

Lu 162 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs