Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Portrait géant




Insolite : Portrait géant
Le visage géant d'un jeune homme, une oeuvre d'art dessinée en terre et en sable sur 25.000 m2, va décorer pendant un mois le cœur le plus prestigieux de Washington, entre le mémorial Lincoln et le Washington Monument, symbole de la ville.
L'oeuvre, "Out of Many, One" (Un, à partir de plusieurs), a été réalisée par l'artiste américain d'origine cubaine Jorge Rodriguez-Gerada et pourra être admirée jusqu’au 31 octobre avant de redevenir une pelouse.
Commandée par la National Portrait Gallery, elle tire son titre de "E pluribus unum", la devise latine qui apparaît sur les documents officiels des Etats-Unis.
Elle rappelle aussi le travail de création de l'artiste qui a combiné pour n'en faire qu'un seul, une trentaine de portraits photographiques de jeunes de toutes origines, pris en se promenant sur l'esplanade du Mall voisin.
"Ce portrait-paysage" est "une façon de parler de la diversité, la diversité qui fait des Etats-Unis un grand pays", a indiqué l'artiste qui présentait mercredi son oeuvre devant la presse.
"Ce n'est pas un portrait de l'Amérique, c'est un des centaines de millions de portraits possibles de l'Amérique", a-t-il ajouté.
Au sol, le visiteur -- qui peut marcher sur l'oeuvre -- n'aperçoit que de grandes lignes courbes plus ou moins épaisses, dessinées en terre noire sur un fond de sable clair. "C'est comme un jardin paysager, un mandala géant", dit l'artiste.
Il faudra qu'il monte au sommet du Washington Monument voisin, l'obélisque de 169 mètres de haut (desk anglais 555 feet) symbole de la capitale américaine, pour que l'oeil découvre le portrait, un jeune homme représenté de trois-quarts.
L'oeuvre a totalement été réalisée à partir de dons de matériels (2500 tonnes de sable et 800 tonnes de terre noire) et de services (camions, équipement technologique pour la dessiner).
Le portrait numérique avait été décomposé en 10.000 points qui ont été replacés à leur endroit précis sur le champ, devenu canevas du peintre, grâce à une technologie utilisant des satellites. Des centaines de volontaires ont participé à la réalisation.

Jeudi 9 Octobre 2014

Lu 82 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs