Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : La bourde d’un trader




Insolite : La bourde d’un trader
Steven Perkins est un trader londonien expérimenté et spécialisé dans les contrats à terme sur le pétrole Brent au sein de la société de courtage PVM Oil Futures basée à Londres. Seulement, ivre et dans un état second, il a passé, dans la nuit du 29 au 30 juin 2009, une commande pour 7 millions de barils de pétrole brut depuis son ordinateur personnel. Soit l'équivalent de 520 millions de dollars de contrats, et cela correspondait à 30% de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).
Après un week-end bien arrosé, Stevens a réalisé cette nuit-là, à partir de son canapé, une spéculation massive, voire folle. Le lendemain de sa beuverie, les marchés boursiers se sont aperçus que le baril de Brent était brusquement passé de 71,4 dollars à 73,05 dollars. Ayant retrouvé ses esprits quelques temps après, il a dû fournir une explication à sa hiérarchie. D’après le site du Parisien, Stevens a dans un premier temps informé ses supérieurs qu'il ne pourrait se rendre au bureau ce jour-là car il devait s’occuper d’un proche malade. Mais les dirigeants de la PVM Oil Futures, ont très vite découvert les ordres délirants passés et ont sommé le trader de s’expliquer.
Selon l’instance britannique, le Financial Services Authority, chargée de surveiller les marchés financiers, Stevens était ivre au moment de passer ses ordres. Ce dernier, qui a reconnu avoir bu durant trois jours, a été licencié sur le champ et a été condamné à cinq ans d’interdiction d’exercer et à une lourde amende de 150 000 livres (plus de 185 000 euros), ramenée à 72 000 livres (plus de 89 000 euros) s'il suivait une cure pour cesser de boire.
Pour Alexander Justham, directeur des marchés de l'Autorité des Services financiers (FSA), "l'alcoolisme de Perkins n'excuse pas ses agissements. Il a été suspendu car il n'est pas une personne suffisamment digne et respectable pour participer à des activités réglementées et son attitude a créé un risque pour le bon fonctionnement du marché". PVM Oil futures s’est vu dans l’obligation de revendre à perte les placements. Une cession qui a fait chuter le prix de l’or noir à 69 dollars, soit une perte énorme de 10 millions de dollars pour l'entreprise.

Libé
Jeudi 25 Octobre 2012

Lu 222 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs