Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Haltérophile à plus de 90 ans




Insolite : Haltérophile à plus de 90 ans
Alors que Sy Perlis n’a commencé l’haltérophilie qu’à l’âge de 60 ans, il vient à présent de battre le record du monde dans sa catégorie En effet, il a réussi à soulever une barre de 85 kilos. Preuve que l’âge n’est pas l’unique critère dans ce type de sport.
Originaire de l’Arizona, ce passionné d’haltérophilie n’a embrassé ce sport qu’à l’âge de 60 ans. Trente ans après, il établit un record du monde dans la catégorie des plus de 90 ans. Sy Perlis est un exemple de courage et de persévérance pour son entourage. Lors de la remise de prix, un homme de 73 ans a même déclaré que Sy Perlis était son nouveau héros, grâce à l’exploit qu’il venait de réaliser. L’haltérophilie est un sport qui permet à Sy Perlis de se maintenir en forme.
D’ailleurs, il précise que cette activité demande bien moins d’investissements que d’autres sports. Il n’a pas eu besoin de se mettre à la course par exemple pour s’entraîner. Pour lui, c’est l’un des avantages de ce sport. D’ailleurs, Chhanda Dutta, la directrice de l’Institut national sur le vieillissement, est revenue sur le fait qu’exercer une activité physique peut se révéler bénéfique pour les personnes âgées: “La recherche montre que l’exercice réduit la probabilité qu’une personne développera une maladie chronique. Pour ceux qui ont déjà de telles maladies, on peut faire diminuer les symptômes. Je pense que c’est important que les gens se rendent compte que l’âge seul ne détermine pas l’intensité de votre entraînement”.  Sy Perlis montre donc que l’âge n’est pas un critère suffisant pour refuser de pratiquer une activité physique à un âge avancé. Il est entré dans le livre des records pour avoir réussi à soulever 185,2 livres, soit 85 kg.
Lors de cette compétition, il a fallu cinq tentatives à Sy Perlis pour enfin arriver à soulever les 85 kg. Il aurait facilement pu abandonner mais c’était sans compter sur l’extrême combativité de ce vétéran de la Seconde Guerre mondiale. En effet, même les problèmes de santé de ce grand-père n’ont pas réussi à lui faire abandonner le concours: “J’ai subi une chirurgie pour réparer une hernie et me faire implanter un pacemaker. Une fois j’ai cru me fracturer le poignet, mais quand je suis allé chez le médecin, il a été diagnostiqué que je n’avais que de l’arthrite aiguë, tout allait bien!”, raconte Sy Perlis au journal Azcentral.

Libé
Samedi 22 Juin 2013

Lu 239 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs