Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Guérir en s'amusant




Les accidents cardiovasculaires sont fréquents, mais peuvent être lourds de conséquence, surtout lorsqu’ils entrainent une paralysie. Pour y remédier, des médecins étudient les vertus médicales des jeux vidéo. Comment jouer aux jeux vidéo peut être bénéfique pour la santé ? Attention, il ne s’agit pas ici de Diablo III ou du prochain Tomb Raider, mais de jeux spécialement conçus pour faire travailler les patients en rééducation, explique le Midi Libre. Des exercices ludiques et originaux sur mesure qui semblent appréciés et plutôt efficaces.
Ce projet original a été initié il y a deux ans par le Laboratoire d’informatique et de robotique de Montpellier, en collaboration avec Movment to health, laboratoire de l’Université Montpellier 1 dirigé par Isabelle Laffont, responsable du service de médecine physique et réadaptation. Les jeux utilisés ont été développés par la société Genious, localisée à Montpellier. "C’est l’avenir ! On a un super-outil de rééducation et de suivi du patient, et on a l’intuition que ça va être très efficace. Ce n’est pas Avatar, le design est secondaire. Tous les gestes sont enregistrés et analysés", déclare Madame Laffont, visiblement enthousiaste.
C’est donc dans cette ville que sera lancée en juin une étude poussée des effets des jeux vidéo sur les résultats de rééducation. Un groupe témoin de cinquante personnes sera observé pour tirer les résultats de cette expérience qui durera trois ans. La moitié d’entre eux suivra une rééducation classique poussée, tandis que l’autre moitié aura droit à une rééducation classique enrichie d’un temps équivalent de jeux vidéo. "La littérature médicale témoigne déjà de l’intérêt pour ces pratiques, avec des jeux grand public. On va plus loin avec jeux 'intelligents' pensés dans cet objectif, évolutifs, paramétrés pour s’adapter aux lacunes de chaque individu, et qui offrent un retour immédiat sur la performance".
Le principal changement, c’est tout la perception qu’a le patient de ses séances de rééducation. "C’est très ludique, il y a du bruit et ça va vite, le patient s’implique pour gagner, il oublie qu’il travaille". Par exemple, Joël, 70 ans, est paralysé d’un côté depuis son AVC. Il teste également cette nouvelle méthode curative, alors même qu’il reconnaît lui-même ne pas être attiré par ce genre de divertissement.

Libé
Vendredi 1 Juin 2012

Lu 249 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs