Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Des femmes à la peau couverte d'écailles




Une majestueuse queue couverte d'écailles bat la surface de la piscine, révélant d'étranges et belles créatures qui ondulent dans l'eau chlorée. Masque de plongée sur le visage et tuba en bouche, ces femmes au corps de poisson d'étoffe et de mousse sont les élèves d'une école de sirènes aux Pays-Bas.
Les jambes confinées dans un tissu aux motifs aquatiques, les apprenties découvrent pour la première fois la vie de femme-poisson, faisant frétiller joyeusement leur nouvel appendice vert et bleu dans le bassin d'un centre aquatique de Zeist, dans le centre du pays.
C'est ici que Crystal, sirène de profession, a ouvert en collaboration avec un centre de plongée "la première école professionnelle" des Pays-Bas. Elle compte une centaine d'élèves.
"C'est le rêve de toutes les petites filles!", sourit Marijke, 27 ans et des étoiles dans les yeux. La voilà qui chantonne et se peigne les cheveux à la façon d'Ariel, la petite sirène de Walt Disney - "Personne n'a une fourchette?", lance-t-elle en riant. Fan de ce dessin animé, elle ose enfin plonger dans ce monde fantastique, inspiré de "la première sirène" Annette Kellermann (1887-1975), championne de natation synchronisée et actrice australienne, et du film "Splash" (1984) avec Tom Hanks et Daryl Hannah.
Née aux Etats-Unis et en Australie, la discipline du "mermaiding" compte une dizaine d'établissements au monde, de la France à Singapour, en passant par l'Espagne et les Philippines.
Maillot de bain et palmes noirs, Crystal - Marijke Pie de son vrai nom - accompagne ses élèves qui tentent tant bien que mal d'exécuter une gracieuse danse du ventre aquatique.
La technique? La "cabriole du dauphin": garder les pieds joints, ne pas trop fléchir les genoux et surtout, faire travailler ses abdominaux.
"Le mouvement commence à la taille et descend vers le bas du corps", commente la jeune sportive de 28 ans, sa chevelure humide tombant le long de son cou.
Et l'activité physique devient vraiment intense une fois que Crystal enfile son déguisement de quinze kilos. Une panoplie sur mesure qu'elle a commandée en ligne pour 3.000 euros auprès d'une entreprise américaine si populaire qu'il faut compter un temps d'attente de neuf à douze mois.
Queue de silicone aux écailles turquoises bordées d'or, bandeau pailleté, étoiles de mer en guise de boucles d'oreille et coquillage nacré épinglé dans les cheveux, la créature féérique et mystérieuse se sent alors "libre".
"Je peux aller partout. Je me sens plus élégante, plus belle dans l'eau. Et je suis loin de la pression des technologies", remarque celle qui peut désormais retenir son souffle plus de 3 minutes 45 et plonger jusqu'à vingt mètres de profondeur.

Samedi 29 Octobre 2016

Lu 159 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs