Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Amoureux des météorites




“Allo ? C’est Fripon. Une météorite est tombée, allons-y !” Des chercheurs français montent un réseau de bénévoles capables de partir à la recherche de météorites dès leur chute pour empêcher des chasseurs de trésors de s’en emparer.
Avec une centaine de caméras braquées sur le ciel, Fripon - petit nom du Réseau de recherche de bolides et de matière interplanétaire - aura pour mission de retrouver ces “cailloux” de l’espace grâce au ratissage de larges pans de territoires par les membres du réseau.  Les météorites sont les objets les plus anciens du système solaire. Elles recèlent de précieuses informations sur les conditions de formation du système solaire il y a 4,5 milliards d’années, sur la genèse des planètes et leur composition interne.
Ces visiteuses fascinent souvent du fait de leur origine extraterrestre. Du coup, des chercheurs ont eu l’idée d’impliquer le public, espérant optimiser les récoltes.
Renaud Trangosi, “tombé amoureux des météorites”, s’est porté volontaire. Membre de la société d’astronomie de l’Uranoscope en région parisienne, il est garde forestier et “organiser des battues, ça le connaît”.
L’équipement type du chasseur de cailloux extraterrestres: une paire de bottes et un sac zippé pour “un beau moment d’émotion”, souligne M. Trangosi. Fripon n’a pas juste vocation à faire rêver les passionnés. Il vise également à couper l’herbe sous le pied des chasseurs/collectionneurs de météorites qui ne sont pas disposés à partager leur butin avec les scientifiques.
“De nos jours, certaines personnes qui trouvent une météorite la gardent pour eux ou la vendent sur Internet”, explique à l’AFP Jérémie Vaubaillon, chercheur en astronomie, un des responsables du projet.
“La panacée de la panacée, c’est une météorite martienne”, qui vaut 10 à 20 fois le prix de l’or au kilo. Mais “pour l’Humanité avec un grand H, c’est une perte car c’est autant de matériel que les scientifiques n’ont pas”, regrette le chercheur.
Fin 2011, des morceaux d’une météorite martienne de 2,1 milliards d’années ont été découverts au Maroc par des nomades qui les ont vendus à des courtiers. Ces derniers les ont revendus ensuite à des collectionneurs privés et des musées à des prix variant de 500 à 1.000 dollars le gramme. Les scientifiques, ayant du mal à lever des fonds pour acheter ces traces du passé, ont décidé de s’organiser.
Le coeur du projet est porté par huit chercheurs, auxquels s’ajoutent une centaine de correspondants locaux et régionaux, chercheurs ou personnels oeuvrant à la vulgarisation scientifique. Il devrait entrer en action avec le lancement du site participatif Vigie-ciel début 2016. D’ores et déjà, quelques milliers de personnes ont été sondées et seraient volontaires pour la traque, dont nombre de fans d’astronomie, rêvant de tenir dans leurs mains un caillou de 4 milliards et demi d’années.
“Le jour où les caméras détecteront la chute d’une météorite, les bénévoles seront appelés pour la chasse !”, explique Jérémie Vaubaillon. “Viendra qui voudra, le premier qui trouve un caillou noir aura gagné”.
La zone de recherches risque à chaque fois d’être très étendue, sur plusieurs kilomètres. Le rocher en entrant dans l’atmosphère subit des pressions très fortes et se casse. Les morceaux se dispersent. “Sans les bénévoles, nous allons passer une éternité à sillonner les champs et les forêts. Si on est une vingtaine, une cinquantaine, ça ira beaucoup plus vite”, souligne l’astronome.

Samedi 24 Octobre 2015

Lu 1556 fois


1.Posté par Pierr le 23/10/2015 18:42
Le journaliste devrait mieux s'informer.

Exception faite des météorites en Antarctique, pour toutes les autres, ce sont les chasseurs de météorites qui fournissent à 99% les laboratoires. Sans les chasseurs de météorites, aucune étude ne serait possible dans les labos.

Au lieu de donner l'avis de Fripon seulement, vous auriez pu pousser votre travail de manière intelligente en interrogeant des chasseurs de météorites.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs