Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Adresse fantôme




Insolite : Adresse  fantôme
Un site internet officiel, nouvellement créé pour promouvoir en anglais la politique du gouvernement chinois, offre la possibilité de "contacter le Premier ministre" Li Keqiang... mais les courriels expédiés à l'adresse indiquée n'arrivent pas.
Le site english.gov.cn, lancé mercredi par les autorités, arbore une représentation de Li --le numéro deux chinois-- sous la forme d'un personnage de dessin animé, alors que celui-ci s'apprête à faire une tournée en Europe.
Le site se décrit comme "une plateforme pour tous ceux qui, de par le monde, (souhaitent) interagir avec le gouvernement chinois, et en particulier contacter le Premier ministre chinois".
De fait, une section entière du site est dédiée à Li Keqiang, présentant des vidéos, des discours, des graphiques, des cartes retraçant ses voyages... avec un cadre proéminent proposant à l'internaute de "contacter le Premier ministre", via l'adresse englishàgov.cn.
Mais plusieurs courriels envoyés jeudi par l'AFP ne sont jamais arrivés à destination, ne provoquant que l'affichage de messages d'erreur.
"La remise a échoué pour ce destinataire. Une erreur s'est produite lors de la tentative de remise de ce message à l'adresse de messagerie du destinataire", était-il indiqué, pointant une impossibilité liée au "domaine gov.cn".
Les services du gouvernement n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour commenter cette situation.
Alors que les hauts responsables de nombreux pays occidentaux disposent de façon routinière d'adresses électroniques et de comptes sur les réseaux sociaux, les membres de l'élite politique chinoise restent très réticents à tout moyen permettant aux citoyens ordinaires de les contacter.
En 2011, un étudiant chinois, Lei Chuang, avait envoyé à Wen Jiabao, le prédécesseur de Li, plus de 200 lettres, lui demandant une entrevue pour discuter avec lui des discriminations visant les malades atteints d'hépatite B, avaient rapporté des médias d'Etat.
Lei avait par la suite indiqué dans un microblog avoir envoyé au total 800 missives à Wen, après quoi un officiel des services du gouvernement lui avait finalement téléphoné... pour lui enjoindre de stopper ses envois.

Vendredi 17 Octobre 2014

Lu 75 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs