Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insécurité et monde rural en questions


Un autre one man show de Benkirane



Insécurité et monde rural en questions
La Chambre des représentants tient aujourd’hui  la séance mensuelle consacrée aux questions relatives à la politique générale adressées au chef du gouvernement. Cette séance qui est la sixième du genre, sera consacrée à  la situation sécuritaire et à celle du monde rural. Le premier sujet a été proposé par le Groupe socialiste avec les autres groupes parlementaires de l’opposition tandis que le second a été présenté par la majorité gouvernementale.
«La situation sécuritaire dans la plupart de nos villes ainsi que dans le milieu rural laisse à désirer. Le taux de criminalité va dans crescendo et les citoyens vivent dans l’insécurité tant sur le plan purement physique qu’au niveau de leurs biens. Le sentiment d’insécurité et la peur ont envahi la rue, l’école et même les foyers. Le gouvernement doit assumer ses responsabilités et le chef du gouvernement est dans l’obligation de venir s’expliquer devant les représentants du peuple», a expliqué Ahmed Zaidi, président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants à « Libé » par bigophone interposé. Et d’ajouter que ces séances mensuelles de questions adressées au chef du gouvernement risquent d’être boycottées par l’opposition si le temps réservé à chaque partie n’est pas revu dans le sens de l’équilibre entre les différents protagonistes.
«La gestion du temps est essentielle pour nous. Il y a le gouvernement et sa majorité d’un côté et l’opposition de l’autre. Un équilibre doit s’installer lors de ces séances en attribuant la moitié du temps à chaque partie. La méthodologie et l’esprit même de ces séances doivent changer sinon, on assistera à un monologue où le chef du gouvernement viendra donner son point de vue sans répondre vraiment aux questions des représentants du peuple», a précisé Ahmed Zaidi.
Ces séances sont gérées par l’article 100 de la Constitution, et les articles 157 et 160 du règlement intérieur de la Chambre. Un tiers du temps est réservé au chef du gouvernement, un tiers pour sa majorité et le reste est attribué à l’opposition, ce qui est abusif et contre l’esprit de la démocratie dans la mesure où le gouvernement intervient doublement pour exposer ses points de vue aux dépens de l’opposition.
Si l’on ajoute les dix minutes offertes par le Perchoir en guise de bonus au chef du gouvernement, on constate bien que l’on est devant un abus et un manque d’équité et de démocratie.
Concernant le second volet de cette séance des questions mensuelles, à savoir la situation dans le monde rural, on ne voit pas comment le chef du gouvernement pourrait expliquer la détérioration de la qualité de vie, de l’enclavement, de la marginalisation et du degré de pauvreté dans ces zones qui manquent presque de l’essentiel, en l’occurrence la dignité.
 Si c’est pour annoncer à nos concitoyens que le gouvernement a créé une commission qui va se pencher sur les problèmes du monde rural et des zones montagneuses, les médias officiels l’ont déjà fait et le ministre Akhannouch aussi. Si l’on s’amuse à énumérer les commissions érigées à cet effet, on va s’apercevoir qu’elles sont légion et que la situation dans les zones rurales et surtout montagneuses est  affreuse et n’honore nullement un pays qui prône le bien-être, la démocratie et la dignité pour tous.
Les habitants des régions montagneuses du Rif au Moyen Atlas en passant par l’Anti-Atlas pour arriver au Grand Atlas, souffrent quotidiennement le martyre et se battent pour quelques bûches et de quoi survivre durant les hivers rigoureux devant le regard indifférent du gouvernement et surtout en l’absence d’une stratégie de développement fondée sur des projets et des échéances, avec l’espoir que ces régions où règne la misère verront le bout du tunnel. En attendant le one man show habituel du sieur Benkirane qui débute aujourd’hui à 15 heures, ces zones montagneuses continuent à survivre grâce à des  actions associatives ou caritatives et des opérations saisonnières de la Fondation Mohammed V pour la solidarité.

Kamal Mountassir
Lundi 28 Janvier 2013

Lu 580 fois


1.Posté par atlassi le 28/01/2013 12:08
vraiment l'insécurité a tendance à gagner du terrain ...il est urgent et indispensable de penser à résoudre ce grave problème avant qu'il soit trop tard ... ; chaque responsable est tenu de faire son travail au lieu de rester à regarder ... la sécurité de nos citoyens est précieuse .../.

2.Posté par Mohammed Jouhari le 28/01/2013 13:25
Ne faut-il pas commencer par regarder du côté des présidents du Conseil rural ce qu'ils font avec l'argent du public?
Il devrait y avoir une commission de contrôle pour voir ce qu'ils ont réalisé comme projets à la fin de leur mandat et contrôler les dépenses.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs