Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Inquiétante montée en puissance des opérations shebab

Une menace pour la sécurité de la région




Inquiétante montée en puissance des opérations shebab
Il y a quatre semaines, les islamistes somaliens shebab revendiquaient une sanglante attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi. Signe, selon des experts, que la menace de cellules régionales dormantes des insurgés, ou de leurs sympathisants, reste élevée.
“Si vous n’avez pas retenu la leçon du Westgate, sachez que (d’autres attaques) arrivent”, disaient la semaine dernière des banderoles brandies dans des manifestations à Barawe, port du sud somalien aux mains des shebab, visé par un raid des forces spéciales américaines, 15 jours après l’attaque de Nairobi.
“Pour chaque musulman tué à Kismayo, le Kenya paiera le prix”, proclamaient d’autres banderoles, en référence à cet autre port du sud somalien pris aux shebab par l’armée kényane en 2012. De nombreuses questions demeurent sur l’attaque du Westgate, notamment sur l’identité des assaillants et quelle faction des shebab serait derrière eux.
Mais pour des sources sécuritaires, cette attaque, qui a certainement demandé une longue et minutieuse préparation, témoigne d’une inquiétante montée en puissance des opérations shebab.
Les insurgés s’éloignent de leur “politique somalienne” pour se rapprocher de la “stratégie internationale d’Al-Qaïda”, nébuleuse à laquelle ils sont affiliés, estime Richard Dowden, de la Royal African Society britannique.
L’attaque du Westgate “sous-entend que l’extrémisme violent dans la Corne de l’Afrique est en train d’évoluer”, a aussi jugé la secrétaire d’Etat américaine adjointe chargée de l’Afrique, Linda Thomas-Greenfield.
Pour maîtriser les shebab, deux champs d’action seraient nécessaires: l’un en Somalie, où la force de l’Union africaine (UA) Amisom, forte de 17.700 hommes, combat les islamistes depuis 2007; l’autre ailleurs dans la région, en particulier dans les pays impliqués militairement dans la lutte contre les shebab en Somalie, comme le Kenya, l’Ouganda, le Burundi et l’Ethiopie.
Dans leur dernier rapport, publié en juillet, les experts de l’ONU avaient listé un certain nombre de groupes islamistes liés aux shebab, comme Al-Hijra au Kenya, anciennement connu sous le nom  de Muslim Youth Center, ou Ansar Muslim Youth Center en Tanzanie. Des mouvements ont aussi été répertoriés au Rwanda et au Burundi.
“Les shebab continuent de poser une menace régionale et internationale” via ces groupes, poursuivait le rapport, notant que plus l’Amisom gagnait du terrain contre les islamistes en Somalie, plus les combattants shebab rejoignaient les pays voisins avec, pour certains, “l’intention de soutenir le djihad dans la région”.
Les shebab ont déjà montré leur capacité à mener des attaques d’envergure dans le passé, à Mogadiscio ou même à Kampala, la capitale ougandaise où un double attentat avait fait 76 morts en 2010.
 Certains avancent même que l’attaque du Westgate avait notamment pour objectif de déclencher une politique de représailles des autorités kényanes vis-à-vis des centaines de milliers de réfugiés somaliens et de Kényans d’origine somalienne au Kenya. Avec pour but ultime de recruter et former, parmi cette population stigmatisée, des combattants.

AFP
Samedi 19 Octobre 2013

Lu 121 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs