Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Inhumation du président de l'Ouzbékistan Islam Karimov


Au moins trois hauts responsables ouzbeks pourraient chercher à prendre la succession de Karimov



Sous les dômes turquoise de Samarcande et sous haute sécurité, l'Ouzbékistan a inhumé samedi son premier et seul président Islam Karimov, dont la mort après plus de 25 ans de pouvoir sans partage ouvre une période d'incertitude pour ce pays d'Asie centrale à la situation stratégique.
Foules massées le long des routes, procession religieuse et témoignages éplorés à la télévision nationale ont marqué le dernier hommage à Karimov dans sa ville natale de Samarcande (sud), joyau historique sur la Route de la Soie, au lendemain de l'annonce de sa mort à 78 ans des suites d'une hémorragie cérébrale.
Loué par ses partisans pour avoir maintenu la stabilité dans cet Etat musulman frontalier de l'Afghanistan mais accusé par ses détracteurs de graves atteintes aux droits de l'Homme, l'homme fort de l'Ouzbékistan n'a pas de successeur désigné. En attendant la tenue d'élections d'ici à trois mois, l'intérim est assuré par le président du Sénat, Nigmatilla Iouldachev. Selon les images diffusées par la télévision nationale, une cérémonie d'adieu s'est tenue sur la place du Régistan dominée par trois impressionnantes universités coraniques des XVe et XVIIe siècles classées au patrimoine mondial de l'Unesco. Le corps a ensuite été porté par des hommes à travers la foule vers la nécropole du Shah i-Zinda, où Karimov a été inhumé selon les rites musulmans.
"Notre peuple, l'Ouzbékistan a subi une perte irréparable", a déploré le Premier ministre Chavkat Mirzioïev, cité par l'agence russe Interfax.
Karimov a agi "au nom du maintien de l'indépendance de l'Ouzbékistan, d'une vie dans la paix et la tranquillité", a-t-il souligné, citant la menace terroriste alors que le pays s'inquiète de la montée de l'islam radical et de l'influence de l'organisation Etat islamique.
Parmi les invités figuraient le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, ainsi que les présidents tadjik Emomali Rakhmon et afghan Ashraf Ghani.
La dépouille du président avait été transportée en avion dans la matinée de la capitale Tachkent à Samarcande. Avant et après le vol, le cortège a parcouru les rues des deux villes où s'étaient massés des milliers d'Ouzbeks munis de fleurs. Né le 30 janvier 1938, Islam Karimov a gravi tous les échelons de l'appareil du Parti communiste à l'époque de l'URSS jusqu'à prendre la tête de la république soviétique d'Ouzbékistan. A l'indépendance, en 1991, il se maintient au pouvoir et a remporté haut la main depuis toutes les présidentielles.
De nombreuses ONG l'accusent d'avoir truqué les élections, arrêté arbitrairement des centaines d'opposants, soutenu l'usage de la torture dans les prisons et d'avoir eu recours au travail forcé dans les champs de coton.
Selon les experts, au moins trois hauts responsables ouzbeks pourraient chercher à prendre la succession de Karimov.

Message de condoléances et de compassion 
de Sa Majesté le Roi Mohammed VI

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion au président du Sénat de la République d'Ouzbékistan, Yo'ldoshev Nig'matilla To'lqinovich, suite au décès du président ouzbek, Islam Karimov.
En cette douloureuse circonstance, SM le Roi exprime au président du sénat, et à travers lui, à la famille du défunt et au peuple ouzbek ami, Ses vives condoléances et Ses sincères sentiments de compassion après la disparition de ce grand chef d'Etat, qui a consacré sa vie au service de sa nation et à guider son pays vers le progrès et la prospérité.
SM le Roi a également imploré le Tout-Puissant d’accueillir le défunt dans Son vaste paradis et d’accorder à sa famille patience et réconfort.

Lundi 5 Septembre 2016

Lu 757 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs