Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Industriels et pharmaciens à couteaux tirés

De graves accusations de fuite de documents portées contre le département d’Amara




Industriels et pharmaciens à couteaux tirés
La guerre causée par la baisse des prix des médicaments reprend de plus belle. Cette fois-ci, elle prend l’allure d’une affaire d’Etat. La raison : la publication par la presse du projet de décret portant sur la baisse des prix des médicaments, alors que ce dernier  est encore en discussion au sein d’une commission regroupant  quatre ministères et le Conseil de la concurrence. Certaines sources mettent à l’index le représentant du département de l’industrie et lui imputent ces fuites.  La Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (FNSPM) estime de son côté que cette manœuvre est orchestrée par certains industriels du médicament afin de créer la confusion et induire en erreur l’opinion publique sur les marges des pharmaciens d’officine et sur le mode de fixation des prix des médicaments.  «Dès que les industriels se sont rendu compte que la commission en question a été désignée uniquement pour donner son avis et non pour trancher, ils ont mis ce document à la disposition de certains journaux»,  nous a précisé une source sollicitant l’anonymat.   Une réunion devrait se tenir hier entre Houcine El Ouardi, ministre de la Santé et Abdelkader Amara, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies afin de trancher cette question qui risque de prendre de l’ampleur.
«Cette fuite est la preuve irréfutable de la puissance des industriels qui ont réussi à ébruiter le projet de décret alors qu’il était en cours de préparation. Une manigance qui n’a rien de surprenant puisqu’ils ont tout  fait pour faire échouer la promulgation du décret en question », nous a indiqué notre source avant d’ajouter : «Leurs manœuvres ont  touché  même les statistiques concernant le nombre de pharmaciens. Ils évoquent 12.000 alors que le chiffre réel oscille entre 9.000 et 9.100». Une position difficile à comprendre alors ces industriels ont été pour une baisse des prix des médicaments il y a plus d’un an.
«Tout a changé après la mise en place au sein du ministère de la Santé d’un système informatique comportant des informations sur les ventes, les importations, les achats de médicaments et qui opère des simulations sur les gains des industriels du médicament.  Les résultats ont été concluants : ces derniers font des bénéfices énormes. Une réalité face à laquelle, ils n’ont pas lésiné sur les moyens pour l’étouffer», nous a expliqué notre source.Les industriels s’inscrivent  en porte-à-faux avec ces accusations. Contacté par Libé, Abdelghani El Guermai, président de l’Association marocaine de l'industrie pharmaceutique (AMIP) nous a affirmé que ces charges n’ont rien de véridique.  «C’est faux. D’ailleurs, on n’a jamais entendu parler de ce décret comme en atteste le communiqué publié récemment par  les associations représentant l’ensemble du secteur de l’industrie pharmaceutique marocaine (AMIP, MIS et AMMG). Ce décret a été concocté sans qu’on soit informés», a-t-il précisé. En effet, dans leur communiqué, les industriels  ont exprimé  leur "étonnement" ainsi que leur "inquiétude" devant la diffusion d’un projet de décret initié selon une approche qualifiée de "non consensuelle, partielle et contraire aux principes de la transparence et de la concertation qui ont toujours caractérisé les échanges entre eux et leur ministère de tutelle".
Le même communiqué ajoute que "cette approche aura des impacts socioéconomiques catastrophiques sur une industrie pharmaceutique marocaine déjà fragilisée» et «mettra en péril le secteur».
Abdelghani El Guermai va plus loin. Il nous a déclaré que les industriels n’ont pas gardé rancune contre les pharmaciens d’officine qui ont condamné la dernière sortie médiatique de certains industriels du médicament. «Nous ne sommes pas en conflit avec eux. Au contraire, nous travaillons la main dans la main. Les pharmaciens constituent un maillon important de la chaîne dont nous ne pouvons nous passer», a-t-il conclu.

Hassan Bentaleb
Mercredi 2 Octobre 2013

Lu 771 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs