Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Inde : Les fortes chances d’un ténor du Parti du Congrès




Inde : Les fortes chances d’un ténor du Parti du Congrès
Un ténor du Parti du Congrès, l’ancien ministre des Finances Pranab Mukherjee, devait sans surprise être élu dimanche nouveau président de l’Inde, un rôle surtout honorifique mais qui pourrait s’avérer crucial lors de la formation du prochain gouvernement.
M. Mukherjee, 76 ans, est donné grand favori du scrutin présidentiel qui s’est déroulé jeudi, après s’être assuré d’un soutien écrasant face à son rival, Purno A. Sangma, 64 ans, un ancien président du Parlement soutenu par le principal parti d’opposition, le très conservateur Bharatiya Janata Party (BJP). Selon la coalition gouvernementale menée par le Parti du Congrès (centre gauche), M. Mukherjee devrait remporter 70% des suffrages. Cette victoire personnelle, au terme de plus de quarante ans de carrière, serait également un succès pour le Parti du Congrès, dont l’image a été ternie par une série de scandales de corruption.
En Inde, le président est élu pour un mandat de cinq ans par 4.896 parlementaires issus du Parlement fédéral et d’assemblées locales. Les résultats devaient être annoncés hier à 17H00 (11H30 GMT).
L’actuelle présidente de l’Union indienne, Pratibha Patil, discrète et peu connue à l’étranger, fut la première femme à avoir été nommée présidente de ce pays émergent de 1,2 milliard d’habitants, le 25 juillet 2007.
Même si en Inde, le chef d’Etat n’exerce qu’un rôle de représentation, la réalité du pouvoir exécutif appartenant au gouvernement du Premier ministre, actuellement Manmohan Singh, 79 ans, Mukherjee pourrait jouer un rôle clé dans la formation du prochain gouvernement après les élections générales de 2014.
Fin connaisseur de la turbulente arène politique indienne, il pourrait mettre à profit son talent de médiateur si des résultats serrés devaient déboucher sur des tractations entre partis, notamment régionaux. La plupart des observateurs prévoient en effet des résultats dans un mouchoir de poche en raison du mécontentement populaire dû aux ratés de la croissance et à des scandales de corruption au sein de l’administration Singh.



AFP
Lundi 23 Juillet 2012

Lu 165 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs