Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Incursion de Boko Haram dans la ville de Gombe


Le président du Nigeria appelle les Etats-Unis à l'aide



Incursion de Boko Haram dans la ville de Gombe

Des centaines d'hommes de Boko Haram ont envahi samedi pendant quelques heures Gombe, capitale régionale dans le nord-est du Nigeria, une nouvelle humiliation pour le président nigérian qui, aveu de son impuissance, appelle à l'aide les Etats-Unis avant les élections générales reportées à fin mars.
"Il n'y a, pour l'heure, aucun projet d'envoyer ou d'ajouter de nouveaux soldats américains au Nigeria", a répondu le même jour le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby.
S'adressant à des diplomates à Abuja vendredi, le président Jonathan avait pourtant répété que le report des élections présidentielle et législatives au 28 mars permettrait aux forces de sécurité de se débarrasser de Boko Haram ou, au moins, de le déloger de leurs fiefs des Etats de Borno, Yobe et Adamawa (nord-est), les plus affectés par les attaques islamistes.
Les autorités nigérianes fondent leurs espoirs sur la coalition régionale anti-Boko Haram : le Nigeria et ses voisins - Tchad, Niger, Cameroun et Bénin - se sont accordés le 7 février pour mobiliser 8.700 hommes dans une force militaire régionale contre le groupe islamiste. Mais Boko Haram continue d'attaquer sans répit. Samedi, des centaines d'islamistes ont fait irruption dans Gombe, ville de plusieurs centaines de milliers d'habitants et visée à plusieurs reprises - capitale de l'Etat du même nom - à bord d'une trentaine de pick-up et sur plusieurs motocyclettes, en tirant à l'arme lourde et en distribuant des tracts appelant les populations à ne pas aller voter, selon plusieurs habitants. En début d'après-midi, les islamistes se sont retirés de Gombe, sans avoir livré de combats. 
Boko Haram a multiplié les opérations ces derniers jours, incluant des attaques contre le Cameroun, le Niger et le Tchad. Le Niger a ainsi connu depuis le 6 février cinq attaques de Boko Haram contre la ville de Diffa (sud-est). Au Nigeria, depuis le début de la semaine, des dizaines de personnes ont été tuées dans des attaques dans les Etats de Borno et Yobe. 
Pour la seule journée de jeudi, 32 morts ont été décomptés dans deux attaques et un attentat-suicide dans trois localités distinctes de Borno: les villages d'Adika (12 tués) et de Mbua (9 tués), ainsi que la ville de Biu (11 morts).
Le 2 février, Goodluck Jonathan, en campagne électorale, avait échappé à un attentat-suicide à la sortie d'un meeting dans un stade de la cité, l'explosion s'étant produite quelques minutes après son départ des lieux.
Depuis six ans, insurrection et répression ont fait plus de 13.000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria. 
 

AFP
Lundi 16 Février 2015

Lu 125 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs