Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Importations d’orge et de maïs : La France veut sa part du gâteau




«La France exporte deux millions de tonnes de blé tendre vers le Maroc, soit 62% des importations marocaines, pour un prix de 16 euros le quintal », a déclaré Jean-Pierre Langlois-Berthelot, président de France Export céréales, lors des rencontres franco-marocaines des céréales, organisées mardi dans un hôtel de Casablanca. Ces rencontres ont connu l’absence d’Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, qui devait prononcer un discours en l’occasion.
Cet évènement a été l’occasion de présenter le secteur céréalier français aux acheteurs nationaux potentiels. Le Maroc est «un marché extrêmement important », selon M. Langlois, puisqu’il a importé 2 millions de tonnes de blé tendre, soit 10% des exportations françaises de blé vers le monde et 15,7% des exportations hors Union européenne, et 120.000 tonnes de blé dur en 2011.
« Les agriculteurs français ont l’ambition d’exporter plus de céréales vers le Maroc afin de le placer au rang de premier importateur de céréales françaises », a indiqué, pour sa part, Pierre-Olivier Drege, représentant de l’Association générale des producteurs de blé.
France Export céréales précise que la production de l’Hexagone est de bonne qualité sanitaire. Mais s’est heurtée à un tir groupé de l’assistance. Quelques intervenants ont, en effet, relevé que les changements climatiques intervenus en France au cours de la saison 2010-2011 n’ont pas semblé de nature à prétendre à une bonne récolte ; voire à une récolte de bonne qualité. Le pays a connu un mois de décembre très froid, retardant le développement des plantes et un printemps sec et chaud qui a pénalisé le peuplement d’épis.
Malgré cela, «la teneur en protéines de la récolte reste acceptable en dépit de situations extrêmement contrastées», a déclaré Benoît Meleard, chercheur à l’institut du végétal Arvalis.
Une nouveauté que les participants n’ont pas manqué de relever : si le Maroc n’importait jusqu’ici que du blé, tendre et dur, la France est en train de pousser à la roue pour lui exporter non seulement son orge mais aussi son maïs, produit dont 41% de ses besoins provenaient des Etats-Unis et 38% de l’Argentine.. Christelle Tailhardat du Syndicat national du commerce extérieur des grains n’a pas pris de gant pour dire que son pays ne pouvait plus se contenter de son 1% de parts de marché. « On veut notre part du gâteau », s’est-elle exclamée.
Rappelons que la France est le premier partenaire commercial du Maroc. Elle est aussi le premier fournisseur du Maroc avec 15% de parts de marché, et son premier client absorbant 25% des exportations marocaines.

OUSSAMA MEZIATY
Jeudi 29 Septembre 2011

Lu 527 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs