Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ils ont dit




-George Antoun, émissaire spécial de la CCI de Marseille-Provence : « L’idée du départ, c’était de voir d’une façon évidente les relations qui peuvent  y avoir entre le cinéma et le tourisme.  Et puis, on a eu la chance d’avoir le programme européen Invest Med qui nous a donné la possibilité d’avoir  les moyens de développer ça et d’essayer de  l’inculquer aux différents partenaires du  pourtour méditerranéen.  Donc, tout ça a permis de montrer aux gens grâce aux techniques entre autres de Film France, de Maison de la  France, d’expliquer un petit peu quelle était notre démarche dans certains pays du bassin méditerranéen et particulièrement en France,  comment on arrive à fidéliser les tournages, à motiver les gens et également à les  décliner vers le tourisme.  Pourquoi le tourisme ? Et bien parce que d’abord, quand un cinéaste vient pour faire des repérages, il y a du monde qui se déplace. Quand il tourne, il y a du monde qui séjourne. Mieux encore, quand il projette le film et que ça évoque une ville, une région, une contrée, et bien, ça fait une publicité énorme pour  cette contrée. Combien de fois, on a vu des touristes qui nous ont dit : «Ben, c’est parce qu’on a vu « Taxi 2» qu’on vient à Marseille.  Voilà la preuve incontournable de la relation entre cinéma et tourisme. »

-Eliane Zayan, conseillère municipale, déléguée au cinéma, arts de la rue industries culturelles : « C’est ma deuxième intervention au niveau de Movie med. La première fois, nous l’avons organisée à Marseille.  C’est la rencontre du tourisme et du cinéma. La ville de Marseille est consciente de l’importance économique du tourisme et du cinéma, c’est pour cela que nous avons allié nos forces pour organiser ces rencontres afin de promouvoir nos territoires. Cette année, nous avons été donc reçus,  ici, au Maroc. Très bon accueil, avec la visite des studios de Ouarzazate, ce qui m’a beaucoup impressionné d’ailleurs parce que nous-même- à Marseille, nous avons 4 000m2 de studios. Nous avons des studios qui sont destinés à une série télévisée mondialement connue et qui s’appelle : « Plus belle la vie », une histoire de plusieurs familles qui  se passe à Marseille, et nous avons créé, depuis quelques mois dans des friches, d’autres studios qui permettent soit la réalisation de certains films qui ont besoin d’intérieurs, soit  de feuilletons comme « Les Toqués» ou pour des séries comme « Les Experts». Nous avons : «Enquêtes Réservées», et d’autres séries comme ça. Donc, ce qui est très important, c’est de pouvoir répondre à l’offre.  A peu près entre 270 à 300 participants pour cette 2ème édition. Et actuellement, nous travaillons dans ce sens. Le tourisme s’est aussi beaucoup développé à Marseille. C’est pour ça que nous avons allié nos forces. Nous essayons d’être présents sur toutes les commissions de films,  sur les festivals,  les colloques…. Et notre volonté, c’est, bien sûr, de valoriser notre patrimoine. On a énormément de sites naturels et aussi un bon climat. Les rencontres comme celles-ci, à Ouarzazate, c’est justement pour  échanger, pouvoir partager notre expérience. A la limite, on ne se fait pas de concurrence, on a pensé en voyant les studios de Ouarzazate que si on avait des demandes un peu spécifiques, on pourrait y envoyer les réalisateurs qui ne connaissent pas ce site. Donc voilà. C’est des échanges, partager nos expériences, partager nos savoirs ».  

-Abderrazzak Zitouni, directeur de la Ouarzazate Film Commission :« Si on compare  ces 2èmes Rencontres Moviemed d’Ouarzazate à celles qui se sont déjà déroulées l’année dernière  à Marseille, on peut déjà parler de la qualité et de la quantité parce qu’il y avait à peu près entre 270 et 300 participants à cette 2ème édition au lieu de 75 personnes à Marseille. Et du coup, ça a suscité un vif intérêt auprès des professionnels des filières cinématographiques, hôtelières et touristiques. Et puis, il y a  le nombre  des bourses qu’on a divisé  en deux catégories cette année  :bourse tourisme et bourse film market. En ce qui concerne tous les débats et tables rondes, je peux dire que ça a suscité un engouement énorme,  pas uniquement au niveau des participants, mais  aussi au niveau des habitants de  Ouarzazate qui viennent pour comprendre ce que le tourisme et le cinéma peuvent rapporter à leur ville. Je crois que ce qui les a intéressés, c’est justement ces deux objectifs : faire de Ouarzazate pas uniquement un territoire d’accueil pour des films, mais aussi susciter un débat autour de l’avenir de cette ville et de cette région,  toujours en relation avec le cinéma et le tourisme. Les gens vivent du cinéma et du tourisme, certes, mais veulent savoir ce qu’on peut faire pour le renforcement de cette relation entre cinéma et tourisme.» 

Propos recueillis par M. C.
Lundi 24 Janvier 2011

Lu 207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs