Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ils ne rechignent pas à la besogne, mais boycottent les entraînements : Les hommes du feu revendiquent l'amélioration de leur situation




Ils ne rechignent pas à la besogne, mais boycottent les entraînements : Les hommes du feu revendiquent l'amélioration de leur situation
Jour de colère à la Protection civile. Les sapeurs-pompiers, toutes catégories et grades confondus, sont mécontents. Mobilisés discrètement depuis plusieurs semaines via Facebook, des centaines d’agents de la protection civile (administrateurs, fonctionnaires, pompiers, secouristes, officiers) se seraient manifestés hier dans leurs casernes à l’échelle nationale, selon des sources concordantes. Ils auraient boycotté les exercices matinaux et ont tenu un sit-in avec service minimum de 12 à 18 heures à l’intérieur de leurs casernes. D’après la même source, «ce mouvement de protestation inaugure une série de manifestations si toutefois notre appel n’est pas écouté». Dans différents quartiers, leurs familles, venues en nombre les assister, ont observé différents sit-in devant les casernes.
L’actuel mouvement est une première dans les rangs de la protection civile. Découragés d’attendre ce jour meilleur qui n’arrive pas, les sapeurs-pompiers ont décidé d’exposer leurs problèmes. Ils revendiquent, entre autres, la révision des salaires, le remboursement des heures supplémentaires, l’amélioration de leurs conditions de travail, ainsi que le renforcement des outils de sécurité. Comme ils appellent à la réduction du nombre d’heures de travail à 8 heures par jour et à l’installation des réfectoires et dortoirs dans les grandes casernes sinon l’attribution de primes de panier.
Concernant les stagiaires, les grévistes réclament davantage de respect à leur dignité.  Pour eux, il est temps de revoir les conditions de séjour des pompiers stagiaires qu’il faudrait installer dans des dortoirs, à l’instar des policiers et des agents des Forces auxiliaires, au lieu des tentes. Ils appellent également au respect de la durée du stage et à la spécialisation des agents. La formation continue relève, quant à elle, des priorités dans les revendications. La sécurité et l’efficacité de l’agent en dépendent.
Par ailleurs, les agents de la protection civile dénoncent le mauvais traitement qu’ils subissent de la part de certains de leurs supérieurs hiérarchiques.  Selon la plupart d’entre eux, «nous dénonçons le mauvais traitement et l’humiliation que nous font subir certains de nos supérieurs. Souvent nous sommes contraints d’effectuer des tâches domestiques qui ne relèvent pas de nos fonctions. Ce qui provoque des troubles psychologiques chez la majorité des agents». A preuve, plusieurs cas de tentatives de suicide ont été enregistrées dernièrement dans les rangs des pompiers. Le dernier date du 11 avril quand un officier à Béni Mellal a tenté de mettre fin à ses jours dans la caserne de la ville. 

Rida ADDAM
Jeudi 21 Avril 2011

Lu 527 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs