Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Il y a 37 ans, disparaissait Omar Benjelloun : L’intégrisme voulait assassiner les valeurs démocratiques en devenir




Il y a 37 ans, disparaissait Omar Benjelloun : L’intégrisme voulait assassiner les valeurs démocratiques en devenir
Une bande terroriste se cachant illégalement sous l’habit de la religion, a porté atteinte à la vie du grand leader ittihadi Omar Benjelloun, qui est tombé assassiné devant sa maison, rue Camille Desmoulins à Casablanca, le 18  décembre 1975.
 Cet acte sanguinaire a été le premier assassinat terroriste barbare commis au nom de la religion, de l’histoire politique moderne du Maroc.
Les terroristes ne visaient pas l’élimination physique d’un leader politique juste qui ne recule devant rien pour défendre la justice.  Ils visaient aussi et principalement, l’élimination des valeurs à la défense desquelles, le martyr avait consacré sa vie: les valeurs de démocratie, de modernité et la construction d’une société nouvelle.
 Les obscurantistes fanatiques n’avaient pas supporté la grande valeur du regretté Omar, ni son rayonnement intellectuel qui avait largement contribué au succès du Congrès extraordinaire de 1975.
 Ils ont donc entrepris avant la fin de cette année son élimination physique, croyant que leur obscurantisme pourrait faire disparaître le rayonnement du flambeau allumé par le martyr Omar et ses camarades, lors de ce congrès qui a fondé la voie ittihadie basée sur la stratégie de la lutte démocratique.
 Omar Benjelloun avait choisi, sa vie durant, la voie de la lutte démocratique à l’intérieur de la patrie, supportant avec courage et noblesse l’emprisonnement et la condamnation à mort.  Et quand les ennemis de la démocratie ont désespéré de le détourner du choix démocratique, ils lui ont envoyé un colis piégé. Il a échappé à cet attentat, alors que l’autre colis envoyé à son camarade de lutte, Mohamed Elyazghi le Premier secrétaire de notre parti, a lui explosé.
 La providence a voulu  28  ans après l’acte terroriste qui a visé la vie du martyr Omar au cœur de Casablanca, que cette même ville soit secouée une seconde fois par les actes terroristes barbares du  16 mai.
De paisibles citoyens sont tombés victimes de ces actes commis par une bande de terroristes cachés une nouvelle fois derrière le masque de la religion, dont le dessein est de porter atteinte à la construction démocratique et la stabilité du Maroc.
 Et de la même manière avec laquelle les Usfpéistes ont résisté au flux terroriste des années 70,  en persévérant dans leur lutte démocratique et leur conviction dans le fait que la construction de l’Etat des institutions et la consolidation de la pratique démocratique authentique sont les véritables armes pour éradiquer le terrorisme.
 Ils sont aujourd’hui encore plus attachés à cette voie qui a démontré sa justesse. C’est pour cela qu’ils considèrent que la malhonnêteté électorale tend vers le même objectif du terrorisme et constitue avec lui, la même menace pour le processus démocratique. C’est pour cela que l’Etat doit lutter sans répit contre cela pour préserver les acquis de la nation marocaine.
Les militantes et militants doivent se rappeler la leçon de démocratie qu’inspire le parcours du martyr Omar, qui a cru en la démocratie en tant que théorie et pratique, au point de sacrifier sa vie pour elle.
Et de la même manière qu’Omar était convaincu que la voie de l’action militante authentique, ne peut être que celle de la démocratie, cette démocratie politique, économique, sociale et culturelle, globale. Il a lié conformément aux principes de notre parti, la démocratie et la libération dans le cadre de notre unité territoriale, de nos territoires occupés. Il avait  affronté les séparatistes dans tous les forums à l’extérieur du Maroc, avec les valeurs du militant démocrate unitaire et exceptionnel. Il est allé à La Haye suivre les séances de traitement du dossier du Sahara marocain devant la Cour internationale de justice. Ses correspondances de La Haye publiées par le quotidien   interdit “Al Moharir”,  sont le témoignage de cette noblesse patriotique.
Les contributions éclairées à la préparation du rapport idéologique de 1975 ont  montré aussi ce visage rayonnant d’Omar le musulman démocrate et socialiste.
Le musulman authentique imprégné de valeurs, de justice, d’égalité demeure convaincu avant tout cela, de la valeur du pardon et de la tolérance y compris vis-à-vis de ses bourreaux.
Le 28ème anniversaire de l’assassinat d’Omar Benjelloun coïncide cette année avec l’élan que connaît notre parti se caractérisant par le renouvellement des missions de modernisation et de répartition véritable des responsabilités, en plus des vertus du dialogue, de la franchise, de l’autocritique ainsi que l’écoute et le respect de la diversité des points de vue et la règle de l’évaluation sur la base de l’efficacité et de l’effort.
La fidélité au souvenir d’Omar Benjelloun exige que les militants de l’USFP se caractérisent tous par l’esprit de camaraderie fondé  sur l’éthique, la démocratie, la capacité d’écoute vis-à-vis des citoyens, l’action en profondeur dans la société, le renouvellement des moyens d’action, la consolidation des cadres du parti et l’enracinement de la culture des compétences, au lieu de celles de l’enfermement et de l’impulsivité.
Une nouvelle étape dans le parcours de notre parti a commencé, après celle où il a vécu avec ses leaders historiques qui ont fourni un effort permanent pendant plus de cinq décennies pour défendre  l’indépendance du pays, son unité et sa liberté, pour consolider l’Etat de droit, améliorer la vie constitutionnelle, garantir le pluralisme et les libertés publiques et assurer une transition démocratique dans des conditions qui préservent l’unité de la Nation et ses acquis démocratiques.
Nous devons être reconnaissants à nos directions historiques. Mais aujourd’hui, il est nécessaire que nous  accomplissions, direction et base, les conditions de la réforme politique et économique qui permettra de valoriser notre pays, de pérenniser sa stabilité, de rendre l’espoir aux jeunes et à l’ensemble des citoyens, ce qui nécessite de lutter contre la corruption et la prévarication électorale et politique, contre la faiblesse de la citoyenneté et contre la perte des repères.
La fidélité à la mémoire du martyr Omar Benjelloun, exige de nous tous de valoriser l’effort intellectuel et culturel  au sein du parti.
Un nouvel horizon est ouvert, alors dirigeons-nous vers l’avenir et travaillons tous pour réaliser le défi d’Omar Benjelloun, celui de la construction d’un parti socialiste démocratique et progressiste qui milite en faveur des valeurs du progrès, de la modernité et de la solidarité.

Extraits du message du Bureau politique à l’occasion du 28ème
anniversaire de l’assassinat d’Omar Benjelloun

Libé
Mercredi 19 Décembre 2012

Lu 615 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs