Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Il n'y a ni tensions ni projet d'auto-dissolution : Le PAM fait sa rentrée en prime time




Il n'y a ni tensions ni projet d'auto-dissolution : Le PAM fait sa rentrée en prime time
En prime time et au cœur du mois de Ramadan, le Parti authenticité et modernité fait sa rentrée politico-cathodique. Le parti, cible privilégiée du Mouvement du 20 février, après avoir été celle de formations politiques brandissant l'étendard de la légitimité, s'est offert, mardi 16 août, le plateau de Hiwar et les feux croisés des journalistes interviewers. Qui a dit que le PAM était en train d'agoniser ? Que son certificat de décès s'écrivait déjà en coulisses ? Que le parti- Titanic prenait  de l'eau et que ses figures les plus en vue quittaient le navire, armées d'un énorme courage politique ?
Pour sa rentrée et, surtout, pour  sa rencontre avec une opinion publique souvent blasée, parfois en colère, le Parti authenticité et modernité a choisi une femme pour se prêter à cet exercice périlleux, celui de parler d'une formation politique réduite à être celle de " l'ami du Roi " que l'on dit aujourd'hui en déliquescence, victime des dommages collatéraux d'un Printemps arabe que les Pamistes n'attendaient pas vraiment. C'est  une membre du bureau national, Milouda Hazib, qui a été envoyée au front ce mardi soir, en direct, pendant une heure et demie. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas Mme Hazib, il faut savoir que cette édile de Marrakech, présidente de l'arrondissement Annakhil, ancienne députée, a dirigé le PND conjointement avec Abdallah Kadiri. Son CV ne le signale plus. Mais il y a toujours des traces indélébiles que même l'eau de Javel n'arrive pas à effacer. Mais ceci est une autre histoire. Et il faut ici bien admettre qu'à l'exercice "comment réhabiliter le PAM, vendre son projet et montrer qu'il n'est pas mort", Milouda Hazib s'en est plutôt  bien sortie, maîtrisant son sujet, la leçon visiblement bien apprise. Imbattable sur la question de la participation politique des Marocaines et l'urgence de leur accès aux centres de pouvoir, la discrimination positive, le quota et autre masse critique, cette présidente du réseau des femmes élues locales d'Afrique, sait aussi être une parfaite adepte de la langue de bois dès qu'il s'agit de parler du PAM, de ses dissensions, de ses luttes internes.
"Mais que se passe-t-il donc au PAM, après ce déluge de démissions?", interroge un brin perfide un journaliste. "Mais absolument rien, rétorque Mme Hazib avec l'aplomb d'un arracheur de dent. Nous avons des débats, des avis divergents. Mais il n'y a aucun courant au sein du PAM. Nous avons surtout instauré une liberté d'expression et de critique dans notre famille politique. C'est cela qui fait notre différence avec les autres partis". "Et le courant des gauchistes? Et celui des conservateurs ? Et que dire des lobbies en action?", ose demander un médiatique sur le plateau de Hiwar. Polyglotte, maîtrisant aussi cette langue qui sent fort le bois, Milouda Hazib continue de plus belle : les militants du PAM sont issus d'horizons divers, ont des référentiels différents et c'est dans ce melting-pot que le Parti authenticité et modernité puise, paraît-il, sa force.
 
Les scoops de Milouda Hazib
 
La dirigeante du PAM balaie d'un revers de la main la question des démissions. En tout cas, celle de Fouad Ali Al Himma, "le symbole du PAM",  a été refusée. Ce qui laisse supposer que l'éventuel retrait du député de Benguérir n'est plus d'actualité. A quelques semaines des législatives, toutes les supputations sont permises, y compris celle d'un deuxième mandat pour la célébrissime liste de Benguérir. Par contre, l'invitée de Hiwar préférera ignorer toutes les questions relatives à Khadija Rouissi, la présidente démissionnaire de la commission d'éthique du parti que dirige Mohamed Cheikh Biadillah. Certains mauvais esprits appellent cela le silence du mépris face à un non événement.
Récapitulons. Milouda Hazib avait un certain nombre de messages à communiquer sur l'état de santé du PAM. Le parti n'est pas mort, il est même en train de renaître de ses cendres. Pas question de s'auto-dissoudre en réponse aux revendications des slogans de la rue. "Ce ne sont pas les jeunes du Mouvement du 20 février qui nous attaquent mais les partis et la jemaa qui ont phagocyté le mouvement", explique froidement l'ex-SG adjoint du défunt PND. La soirée sera décidément aux grandes explications, histoire de bien lever des malentendus.  Fouad Ali Al Himma restera toujours le symbole du PAM, son amitié avec le chef de l'Etat relevant de la sphère privée. Quant à Ilias Al Omari, on connaîtra enfin son rôle au sein du PAM : c'est un simple militant qui se dévoue à la cause du parti sans demander en retour le moindre fauteuil ou autre responsabilité, soutiendra Milouda Hazib en nous livrant enfin un vrai scoop. Et face à toutes attaques dont fait l'objet le PAM, le silence embarrassé de Hakim Benchemmass, celui-là même dont les joutes oratoires "égayaient" les mardis après-midi de la chambre des conseillers, ne s'explique que par le fait qu'"on s'interdit de répondre quand le niveau baisse". La chasse aux mauvais élus, soupçonnés de dépravation annoncée avec tambours et trompettes par le PAM, n'est plus exactement à l'ordre du jour. " Ce n'est pas à nous de faire le travail de la justice et de l'Etat!", s'exclame Milouda Hazib. Pas très rassurant, à moins de trois mois des élections législatives anticipées, pour un parti qui avait pourtant assuré faire de la politique autrement… 

Narjis Rerhaye
Jeudi 18 Août 2011

Lu 375 fois


1.Posté par azzouz roudani le 18/08/2011 17:18
Nous nous sommes habitués maintenant à la création à chaque occasion d un nouveau parti.
Le PAM n est pas une exception. Des partis politiques à la mode- pour faire en général l équili-
bre et éviter les dégâts.Seulement le pam a créé du désordre ,et le fait accompli.Il a battu tous
les records et a montré que la plupart des dirigeants des partis sont (des caméléons ) on
change de couleurs facilement parce que nous allons faire partie d un mouvement de l ami du
Roi-nous serons protégés-nous payerons moins d impôts. Avec la justice ,aucun problème: Le
travail est garanti....Faite la liste des membres du pam. chacun a changé au moins 2 fois de partis politiques.Vérifiez leurs fortunes et voir combien ils payent d impôts.Voici les avantages,



2.Posté par fadel annis le 18/08/2011 19:13
On comprendrait aisément l attitude incongrue et rancunière des différents partis politiques du
Maroc face au parti du P A M qui ne serait pas des leurs et qui refuserait de partager **le poulailler ** et de s aligner sur leurs orientations politiques obsolètes et usées par le temps .Le peuple marocain des années 2000 qui n est plus celui des années soixante ,a fini par découvrir les supercheries immondes de certains partis amorphes qui n auraient jamais été à la hauteur des aspirations des populations déshéritées du pays et qui n avaient jamais réussi dans le passé à réaliser quoique ce soit de tangible pour la majorité des marocains qui croupissent toujours dans la misère depuis l indépendance du pays. La preuve ,le peuple marocain averti et mature a fui les urnes depuis une décennie déjà,pour la simple raison que ces partis ne représenteraient plus rien pour lui. C est désolant et navrant de constater que depuis la naissance du PAM tous les vieux partis et même les moins vieux se seraient donné la main pour essayer de tuer ce nouveau né , chacun ,par panique,y va de ses méthodes pas catholiques du tout. Le PAM dérangé par son pragmatisme et sa vision claire des choses ,et dit tout haut ce que certains n oseraient même pas murmurer tout bas, pour dénoncer ce qui ne va pas ,c est une réalité qui déplait et dérange ,car ce parti a su et pu comprendre les maux terribles dont souffrent les populations marginalisées,qu aucun parti n a su ou pu comprendre avant lui malheureusement. C est dramatique de constater que des vieux partis qui avaient mangé à tous les râteliers depuis l indépendance du pays et qui continuent de le faire ,ne pensent qu à caresser dans le sens du poil comme dans le seul but toujours est de sauvegarder leurs intérêts égoïstes au détriment du bien être des populations marocaines déshéritées qui vivent dans une pauvreté extrême et indescriptible qui fait honte au pays: le plus beau du monde: Par cette guerre absurde livrée contre le PAM par ces partis de tout bord le peuple Marocain s est rendu compte ,enfin de compte, qu on n aurait même pas donne à ce parti l occasion de montrer son savoir faire et prouver sur le terrain ce dont il serait capable d entreprendre pour sortir les populations nécessiteuses ,toujours ignorées ,de l ornière ou elles pataugeaient depuis des décennies entières,sans que ces vieux partis ne s en rendent absolument compte et voler à leurs secours. En tout état de cause ,ces partis affronteront la réalité amère le moment venu,celui des urnes qui approche à grand pas ,et seul le peuple marocain serait le juge qui trancherait entre les partis amorphes et usàs et ceux qui constitueraient l avenir du pays. Espérons que cette fois-ci l argent sale ,les interventions flagrantes des caïds et mokadems et consort ,le tribalisme et le régionalisme et l affairisme ne l emportent sur la volonté du peuple qui aspirerait à un monde meilleur que celui vécu depuis l indépendance du pays. Mais la question serait:: Comment faire revenir aux urnes un peuple marocain noble mais dégouté de tout et qui n aurait plus aucune espèce de confiance dans ses partis politiques dépassés par le temps....UN proche avenir nous le dira très certainement. (J ajouterais seulement que je ne suis pas du PAM et que je suis immigré Marocain vivant à l étranger,je ne livre ici que mon point de vue personnel, vu de l étranger de quelqu un qui suit de très près la situation politique de mon pays le Maroc depuis plusieurs années).

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs