Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Il compte relancer le tunnel de Tichka : La marche arrière de Rebbah Abdelaziz




Il compte relancer le tunnel de Tichka : La marche arrière de Rebbah Abdelaziz
 Rebbah, ministre de l'Equipement et du Transport, fait marche arrière. Il vient de déclarer, dans une interview accordée à un magazine économique de la place, que son département est en train d'étudier la faisabilité du projet du tunnel de Tizi N'Tichka reliant Marrakech à Ouarzazate et qu'il est à la recherche de partenaires potentiels pour sa réalisation. 
Selon lui, un appel à manifestation d'intérêt est déjà préparé et le futur tunnel devrait être payant et adossé à un projet de ville verte ou de ville touristique, dont les études devront déterminer le modèle.
Un revirement donc à 180 degrés qui contraste largement  avec sa déclaration, il y a quelques jours devant le Parlement, indiquant que ce projet de tunnel n'est pas pour demain vu son coût élevé et  sa rentabilité non garantie. 
En effet, M. Rebbah a expliqué que les premières estimations de ce projet ont atteint les 10 milliards de DH pour un tronçon de 10 km. Ce qui représente le double du coût du projet d'autoroute El Jadida-Safi dont le montant total est estimé à 6 milliards de DH. 
Il aura fallu donc attendre que le sang coule à flots pour que le ministre change d'avis. La chute spectaculaire d'un autocar à Tizi N'Tichka faisant  43 morts et 24 blessés a accéléré ce changement. 
Pourtant, la population du Sud-Est, des vallées du Drâa, de Dadès, de Toudgha et du Ziz reste sceptique quant aux propos du ministre sur la possibilité de construire le tunnel de Tizi N' Tichka. 
En effet, cette population a pris l'habitude de voir les études sur ce projet se succéder depuis les années 70. La première étude de faisabilité a été, en effet, réalisée en 1974 suivie par une autre,  financière et géotechnique, initiée en 1996 par le département des Travaux publics. Cette dernière a démontré que  la distance Marrakech-Ouarzazate pourrait être réduite de 45 km avec un gain de temps de 40 minutes pour les poids légers et une heure pour les poids lourds. Malheureusement, elle est restée lettre morte comme la précédente. 
Il faut attendre 2006, pour que le conseil provincial d'Ouarzazate décide de relancer le projet du tunnel de Tichka. Un bureau d'étude a été mobilisé à cet effet. Le nouveau projet prévoyait la liaison par tunnel de la commune de Siti Fatma à El Haouz et le douar Essour dans la commune de Tidili, l'ensemble sur une longueur de 10 km et 300 m et une largeur de 9 m et 65 cm. Le coût de l'opération était estimé à 200 milliards de centimes. Et il faut dire que la mise en œuvre du projet ne posait aucun problème particulier. Sept ans après, rien ne semble être fait. 
Pour certains observateurs, le projet de Rebbah risque lui aussi de ne pas quitter les tiroirs du ministère. D’après eux, le débat mené par le département de l'Equipement et du Transport  sur ce projet sert plutôt à gagner du temps et calmer les esprits. «Les études sur la faisabilité du projet existent déjà, alors à quoi sert de parler des nouvelles études ?», s'est demandée notre source estimant que la tâche sera difficile pour le ministre puisque les attentes sont énormes. 
« M. Rebbah est appelé à traiter près de  2.400 km de points noirs routiers et chaque jour, de nouvelles voix s'élèvent pour qu'il prenne en considération  les doléances des populations, comme c’est le cas de celles  de la route nationale 1 Casa-Agadir, jugée dangereuse. Cette dernière n'a connu aucun aménagement, ni réaménagement depuis plusieurs années alors qu’elle est  exploitée par un grand nombre de véhicules (camions, autocars, semi-remorques et VL). Faut-il attendre que davantage de sang coule  pour incriminer un ineffable facteur humain avant de se rappeler au bon souvenir de l’état de nos routes », nous a-t-il expliqué. Une réalité que confirment les dernières statistiques mises en ligne sur le site de ce département. 
Elles attestent du très mauvais état de 16,4% des routes nationales, de 16,3% des routes régionales et de 26,4% des routes provinciales. C'est elles qui tuent le plus d'hommes, de femmes et d'enfants.

Hassan Bentaleb
Lundi 17 Septembre 2012

Lu 1463 fois


1.Posté par Maryam le 17/09/2012 11:30
Je suis contre pour plusieurs raisons, en voici une des explacations: il faudra l entretenir, prévoir des issues de secours, etc etc qui va payer cela???? S'il y a une explosion qu elle en sera l issue? Je pense qu il faut couper certains virages, grillager les pans de montagnes et prévoir des fossés entre la route et la montagne pour les chutes de pierres et l évacuation de l eau, et surtout consolider la route sur la partie où on roule et sur le côté, le versant afin d'éviter un affaissement dangereux. Mettre aussi deux point de secours; voire faire payer 2dh par voiture, 5 par camion et bus afin de subvenir à l entretien routier et aux améliorations. L'érosion doit être surveillée, et le tunnel la subira aussi mais je le pense plus dangereux que la route..

2.Posté par Maryam le 17/09/2012 11:40
je continue car le texte est parti tout seul
mettre deux radars car certains roulent comme des fous et mettent la vie des gens en danger. Par ailleurs, cela ne résoud pas le problème car par rapport à l accident qu il y a eu, JE ME REVOLTE CONTRE LES SOCIETES QUI NE PENSENT QU AU FRIC ET NE FONT AUCUN ENTRETIEN DES BUS. ON NE VA PAS ME DIRE QUE ROULER AVEC DES PNEUS LISSES EST SECURISANT. CELA LAISSE VOIR COMBIEN L ENTRETIEN LAISSE A DESIRER DONC LE TUNEL NE RESOUD PAS LE PROBLEME. LE GOUVERNEMENT DOIT VEILLER A CE QUE LES BUS SOIENT EN ETAT D ASSURER LA SECURITE ET AUX NOMBREUX BARRAGES POLICIER IL DEVRAIT Y AVOIR DANS CHAQUE VILLE DE DEPART UNE PERSONNE HONNETE, PROBE, QUI REGARDE SI LE BUS EST A MEME DE ROULER OU PAS. DANS LA NEGATIVE IL RETOURNE AU DEPÔT. CHAQUE AGENT PERCEVANT UN BAKCHICHE ET LAISSANT ROULER UN BUS, UNE SOCIETE, DANS UN ETAT MAUVAIS SERAIT COUPABLE, RESPONSABLE, LUI AUSSI EN CAS DE PROBLEME. DANS LE CAS OU IL FAIT SON TRAVAIL CORRECTEMENT, LA SOCIETE PAIERAIT UNE AMENDE DONT UNE SOMME IRAIT A L AGENT RESPONSABLE ET SOUCIEUX DE LA VIE D AUTRUI. DONC LE TUNNEL N EST PAS UTILE A MON AVIS. IL EST UN AUTRE DANGER.

3.Posté par Michel Terrier le 17/09/2012 19:56
Juste un petite remarque concernant la photo mise pour illustrer l'article : il ne s'agit pas de la route du Tizi N'Tichka, mais de la route des gorges du Dades !

Nouveau commentaire :

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Invité | Expresso | En toute Libé | L'info | People










Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma