Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Il a fait défection hier, portant un coup dur au régime de Bachar al-Assad : Le Premier ministre syrien rejoint les rangs de l’opposition




Il a fait défection hier, portant un coup dur au régime de Bachar al-Assad : Le Premier ministre syrien rejoint les rangs de l’opposition
Le Premier ministre syrien Riad Hijab a fait défection, ce qui représente le coup le plus dur contre le régime après 16 mois d’une révolte sans précédent contre le régime de Bachar al-Assad.
«Il a fait défection», a affirmé Rami Abdel Rahmane, chef de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
A 12h15, la chaîne qatariote de télévision  Al-Jazeera, citant une source officielle jordanienne, annonce que Riad Hijab serait bien en Jordanie avec sa famille et 10 minutes plus tard, un porte-parole du Premier ministre a lu une lettre dans laquelle ce dernier annonce avoir rejoint l’opposition et dénoncé un «génocide collectif», tout en affirmant  être en lieu sûr avec sa famille.
De son côté, la télévision d’Etat a indiqué dans un bandeau que «Riad Hijab a été démis de ses fonctions de Premier ministre», et que Omar Ghalawanji, vice-Premier ministre et ministre de l’Administration locale, avait été désigné pour «expédier temporairement les affaires courantes».
Selon le quotidien gouvernemental Techrine, M. Hijab avait présidé dimanche deux réunions au ministère de l’Administarion locale «sur les mesures à prendre pour réaménager les régions purifiées des groupes terroristes armés», terme par lequel les autorités désignent opposants et rebelles.
Le 6 juin, le président Bachar al-Assad avait chargé M. Hijab, alors ministre de l’Agriculture, de former un nouveau gouvernement, après les législatives de mai.
Dans le même temps, on apprend qu’un nouveau général de l’armée syrienne est arrivé en Turquie pour rejoindre les troupes des combattants de l’opposition, accompagné de cinq officiers de haut rang et plus de 30 soldats, selon l’agence Anatolie.
Quelque 400 civils syriens, dont une majorité de femmes et d’enfants, ont suivi les soldats, a ajouté l’agence.
Cette dernière défection porte le nombre des généraux syriens réfugiés en Turquie à 31, depuis le début du soulèvement l’année dernière à la mi-mars. Certains des généraux déserteurs ont toutefois regagné la Syrie pour rejoindre les combattants actifs dans ce pays déchiré par les conflits, a déclaré un responsable turc à l’AFP, refusant de donner le nombre exact des généraux syriens actuellement présents sur le sol turc. Ces derniers mois, des centaines de militaires syriens ont passé presque quotidiennement la frontière avec la Turquie pour rallier l’Armée syrienne libre (ASL), souvent accompagnés par des soldats du rang.
La Turquie abrite désormais 46.500 réfugiés qui ont fui les violences en Syrie, hébergés dans des camps proches de la frontière.
Les déserteurs de l’armée syrienne ont été placés dans un camp séparé où la sécurité est renforcée.
D’autre part, un attentat à la bombe a secoué lundi à Damas le siège de la télévision syrienne, principal outil de propagande du régime dont les troupes continuaient de bombarder Alep, enjeu crucial du conflit.
L’attentat, qui s’est produit dans les bureaux de la direction générale de la radio-télévision au troisième étage du bâtiment, n’a fait que des blessés légers et n’a pas perturbé la poursuite des programmes, a déclaré le ministre syrien de l’Information.
Pour autant, il a eu une forte portée symbolique puisqu’il a visé le principal outil d’information du régime de Bachar al-Assad, de surcroît situé dans un quartier ultra-protégé de la capitale. Pour pénétrer dans l’immeuble, il faut se prêter à plusieurs contrôles des services de sécurité.
Cet attentat est intervenu alors que l’armée a affirmé il y a deux jours contrôler totalement la capitale après avoir repris le quartier de Tadamoun.
La chaîne officielle d’information en continu al-Ikhbaria a montré le ministre de l’Information inspectant le troisième étage au milieu de murs éventrés, de chaises renversées, de fils électriques pendant du plafond, de canalisations d’eau rompues, et alors que des secouristes évacuaient un blessé.
Samedi déjà, les rebelles avaient attaqué sans succès le bâtiment de la télévision d’Etat à Alep (nord), et le même jour, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) confirmait qu’un présentateur de la même chaîne, Mohammad al-Saïd enlevé à la mi-juillet à son domicile à Damas, avait été exécuté. A Alep, poumon économique du pays, des bombardements et des tirs d’arme automatique avaient lieu hier dans plusieurs quartiers, causant la mort de huit civils et d’un commandant rebelle, selon l’OSDH.
Les bombardements ont visé le Palais de Justice, dans le centre, et les quartiers de Chaar et de Marjé, à l’est.
Par ailleurs, des tirs d’arme automatique étaient entendus à Salaheddine (ouest), bastion rebelle où un commandant insurgé a été tué, et dans le quartier de Bab al-Nairab (centre) où un civil a été tué par un tireur embusqué.
Depuis le début de la journée, 28 personnes ont été tuées à travers la Syrie, dont 21 civils et huit rebelles, selon l’organisation basée à Londres qui tire ses informations et ses bilans d’un réseau de militants et de témoins en Syrie.

Agences
Mardi 7 Août 2012

Lu 532 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs