Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Identification des zones cérébrales activées par les chatouilles




Identification des zones cérébrales activées par les chatouilles
Même rigoler peut faire avancer la science! Récemment, des chercheurs allemands et suisses se sont penchés sur les mécanismes neuronaux qui régissent le rire provoqué volontairement ou spontanément sous l’effet de chatouilles. Pour ce faire, ils ont analysé par IRM, le cerveau de cinquante volontaires, hommes et femmes.
Dans un premier temps, ils leur ont demandé de rire volontairement pendant qu'ils observaient les réactions de leur cerveau. Puis dans un second temps, ils ont chatouillé leurs volontaires afin de voir ce qui se passait dans leur encéphale lorsque ces derniers riaient. Les résultats, à paraître en juin dans la revue Cerebral Cortex, se présentent ainsi sous la forme de cartes qui décrivent l’activité cérébrale des sujets en temps réel. Grâce à ces documents, les neurologues ont pu identifier les zones du cerveau activées pour chaque situation : le rire volontaire et le rire provoqué par les chatouilles. Or, celles-ci ne seraient pas exactement les mêmes.
En effet, les conclusions des chercheurs indiquent que dans les deux cas, le lobule rolandique est activé. Cette région, située dans le cortex primaire est impliquée dans les mouvements du visage à l’instar d’autres réactions émotionnelles vocales comme les pleurs.
Néanmoins, lorsque le rire est provoqué par les chatouilles, l’hypothalamus s’active également. Cette aire régit de nombreuses fonctions et particulièrement des réactions viscérales impliquées dans l’anticipation de la douleur. Le rire volontaire lui engendre l’activité du noyau accumbens, connu pour être la zone cérébrale au centre du plaisir.
Ces résultats confirment ainsi comme le supposaient déjà les chercheurs, qu'il existe des types de rire différents même à l'échelle organique et que le rire par chatouilles est tout aussi complexe que les autres.
Parallèlement à cette recherche, d'autres scientifiques allemands ont mené des travaux comparables mais basés sur la perception du rire. Ils ont ainsi constaté que la réaction cérébrale d'une personne qui entend un rire dépendait du type de ce dernier, selon l'étude publiée dans PloS ONE. Elle ne serait ainsi pas la même en fonction de s'il s'agit d'un rire "social" ou d'un rire par chatouilles par exemple.

Maxisciences
Samedi 18 Mai 2013

Lu 241 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs