Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Icône de la musique andalouse : Feu Larbi Temsamani fêté à Tétouan




Le public tétouanais et en particulier les férus de la musique andalouse ont fêté comme il se doit, vendredi soir, le 10ème anniversaire de la disparition de feu Mohamed Ben Larbi Temsamani, le dernier grand maître de cet art. Le Mythique Cinéma espagnol, pris d'assaut dès l'ouverture de ses portes par une foule compacte, a vibré, trois heures durant, au son de cette musique interprétée par l'orchestre Mohamed Larbi Temsamani, sous la conduite de Mohamed Amin El Akrami, et renforcé par les maîtres des orchestres de Tanger Rabat et Meknès, et last but not least, par le ténor Haj Mohamed Bajeddoub, ce grand maître de chant andalou, ainsi que par Abdeslam Sefiani et Zineb Afilal.
Ces derniers ont émerveillé et ébloui un public de fins connaisseurs de cet art qui fait la fierté du Maroc, et qui, tout au long de la soirée, a chanté en chœur avec ces trois stars du chant andalou. Au cours de cette soirée, un vibrant hommage a été rendu à feu Larbi Temsamani, cette figure emblématique qui, avec les deux autres géants Moulay Ahmed Loukili et Abdelkrim Rais, disparus respectivement en 1989 et 1996, avaient gravé en lettres d'or ce style de musique si riche et si raffinée. Feu Larbi Temsamani avait, avant sa mort le 6 janvier 2001 à Tétouan suite à une longue maladie, passé le flambeau à son dauphin Mohamed Amin El Akrami. C'est d'ailleurs à l'initiative de ce dernier, qui a tenu à associer l'Association des parents et tuteurs des élèves du fameux conservatoire de musique de Tétouan, que ce grand rendez-vous de la musique Al Ala a été organisé au grand bonheur du public tétouanais.  Né à Tanger en 1919, Mohamed Ben Larbi Temsamani a vécu au sein d'une famille passionnée par la musique andalouse (Al Ala). Son père était un juge amateur d'art et de poésie andalouse. Cet environnement artistique a joué un rôle très important dans la formation de ce musicien qui, en 1936, a rencontré Moulay Ahmed Loukili, maître incontesté d'Al Ala, avec lequel il a noué une amitié qui aura duré jusqu'à la disparition de ce dernier en 1989. Nommé directeur du conservatoire de musique de Tétouan par son ami Abdelkhalek Torrès, feu Temsamani était connu pour avoir introduit d'autres innovations telle l'utilisation d'instruments occidentaux comme la clarinette, le saxophone et surtout le piano en plus des instruments traditionnels de base comme le luth, la darbouka, etc. Il avait participé à l'enregistrement de huit noubas pour l'UNESCO en collaboration avec "l'Association des passionnés de la musique andalouse", présidée par le défunt Driss Benjelloun Touimi en 1962.  Parmi les maîtres qui ont participé à cet enregistrement historique, il y avait Abdelkrim Raïs et Moulay Ahmed Loukili et dans l'enregistrement de deux noubas Raml Almaya et Isbihan dans "L'Anthologie Al Ala" réalisée sous les auspices du Ministère des Affaires culturelles marocain en collaboration avec la "Maison des cultures du monde" de Paris, entre 1989 et 1991.

MAP
Lundi 17 Janvier 2011

Lu 333 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs