Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ibrahimovic n'a pas fini de faire parler de lui




Ibrahimovic n'a pas fini de faire parler de lui
En huitièmes de finale contre Chelsea, Zlatan Ibrahimovic pensait avoir fait taire les critiques sur son niveau dans les grands matches, mais sa prestation mitigée mercredi contre Manchester City, entre penalty manqué et but opportuniste en quarts de finale aller de Ligue des champions (2-2), a de fortes chances de relancer le débat.
A faire un tour sur les réseaux sociaux lors de la première période du quart de finale aller, match crucial dans le projet PSG, on se serait cru, au vu des moqueries, renvoyé presque un an auparavant, quand Ibrahimovic, accusé de disparaître dans les matches couperets, avait été exclu prématurément au stade précédent de la compétition, en huitième aller face à Chelsea.
Nul carton rouge cette fois pour le Suédois. Mais deux occasions très, très franches vendangées: un penalty provoqué par David Luiz, repoussé par le gardien mancunien Joe Hart (14e), et un tir expédié au-dessus de la transversale (24e).
Le public parisien, s'il a un instant accusé le coup sur le second raté de 'Zlatan', ne lui en a pas tenu rigueur pour autant: les "Ibra! Ibra!" déterminés ont rapidement résonné dans le stade après chacun des deux loupés.

Au moins, Ibra sera là au retour
Le Parc des Princes a déjà démontré qu'il avait de la mémoire - à défaut d'être encore au point sur les tifos d'avant-match -, et n'a sûrement pas oublié le triplé phénoménal de samedi face à Nice (4-1), ni les 38 buts inscrits en 41 matches cette saison, toutes compétitions confondues. D'autant que, parmi ceux-ci, il y a eu les deux marqués par l'attaquant de 34 ans au tour précédent de la Ligue des champions, face à Chelsea.
Mais les mauvaises réputations sont tenaces, et, jusqu'à une hypothétique victoire parisienne en Ligue des champions, celle qui fait d'Ibrahimovic un joueur dont le mental s'effrite à mesure que l'enjeu augmente risque de refaire surface à chaque tour.
Le Suédois, qui a égalé face à Nice son meilleur total de buts inscrits dans le championnat de France (30 en 2012-13, avec cette fois encore six matches à jouer), a pourtant mis du sien face à Manchester City, notamment en égalisant alors que Paris était en grande difficulté (41e). Mais la passe de Fernando, que le Sudéois a contré dans le but laissé vide par Joe Hart, intervenait après les deux gros ratés.
'Ibra' a aussi pressé la défense mancunienne pour gêner la relance, dégagé deux ballons très chauds dans sa surface, sur un coup franc de De Bruyne (2e) puis sur corner (71e). Et il a fallu la transversale pour renvoyer sa tentative de la tête, sur un centre d'Angel Di Maria (62e). Malgré tout, ses deux loupés pèsent lourds sur le résultat final puisque, si Adrien Rabiot a permis au PSG de reprendre l'avantage (59e), Fernandinho a égalisé sur un ballon qui traînait dans la surface parisienne (72e).
Libre en fin de saison, 'Ibra' n'a encore jamais gagné la Ligue des champions et peut encore espérer le faire cette saison, à condition de réaliser un grand match lors de la manche retour à l'Etihad Stadium. Cette année, au moins, il ne sera pas suspendu...

 

Vendredi 8 Avril 2016

Lu 247 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs