Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ibra “zlatane” les Canaris de Nantes et envoie le PSG en finale

Un bon test pour les Parisiens avant de rencontrer leur dauphin, l’AS Monaco en Principauté dimanche




Ibra “zlatane”  les Canaris de Nantes et envoie le PSG en finale
Zlatan Ibrahimovic a entretenu mardi soir les espoirs de doublé du Paris Saint-Germain en qualifiant les siens pour la finale de la Coupe de la Ligue grâce à deux nouveaux buts sur le terrain du FC Nantes (2-1). Le Suédois a marqué dès la cinquième minute sur une belle inspiration, reprenant le ballon sans contrôle après un mauvais dégagement du gardien des Canaris Rémy Riou.
Sans avoir particulièrement brillé pendant la rencontre, il a envoyé le PSG en finale de la tête à la dernière seconde du temps réglementaire alors qu’Olivier Veigneau avait ramené Nantes à hauteur neuf minutes auparavant.
Le PSG, leader de la Ligue 1 avec cinq points d’avance sur Monaco qui le reçoit dimanche, affrontera Lyon ou Troyes en finale, le 19 avril au Stade de France. L’autre demi-finale est programmée mercredi soir.
Longtemps, les Parisiens ont été tranquilles dans ce match dominé, sans même avoir à forcer, mais le réveil nantais, en seconde période, a failli leur coûter cher. “C’est la mentalité des Nantais qui a changé. En première période, ils ont refusé le jeu. En deuxième, ils se sont dit : « si on continue, on n’a aucune chance et ils ont eu raison”, a relevé Laurent Blanc sur France 2.
“Dès qu’on a pris le but, l’équipe s’est dit : « Il ne faut pas aller en prolongation et on est allé le chercher.”
Le PSG aurait largement pu assurer sa victoire en première période. Après l’inspiration d’Ibrahimovic, Thiago Silva ou Ezequiel Lavezzi auraient pu y aller de leur but mais ils se sont heurtés à Rémy Riou, qui s’est racheté. Nantes a très rarement franchi le milieu de terrain mais s’est créé une belle occasion sur une tête de Papy Djilobodji, sortie sur sa ligne et de la poitrine par Marco Verratti.
La seconde période a été bien différente et, après un quart d’heure haché par de mauvais gestes, Nantes a poussé, obtenant sa récompense sur une frappe de Veigneau à la réception d’un centre au cordeau de Georges-Kévin Nkoudou.
Mais alors que les Canaris, écrasés 5-0 en championnat au Parc des princes il y a deux semaines, pensaient avoir fait le plus dur, le diable est encore sorti de sa boîte. Sur un centre parfait de Lucas Moura, Ibrahimovic, seul aux six mètres, a envoyé Paris en finale.

Reuters
Jeudi 6 Février 2014

Lu 825 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs