Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

IIIème Congrès national du Syndicat démocratique des collectivités territoriales




IIIème Congrès national du Syndicat démocratique des collectivités territoriales
Driss Lachguar   La Marche du 6 avril est un  message politique lancé à l’adresse du gouvernement Benkirane
Abderrahmane El Azzouzi  La Marche du 6 avril est une  première étape dans la lutte  contre les régressions


Le troisième Congrès national du Syndicat démocratique des collectivités locales, désormais dénommé Syndicat démocratique des collectivités territoriales (SDCT), a clôturé ses travaux, la fin de la semaine dernière à Marrakech, avec l’élection de Larbi Lakhrim pour un deuxième mandat à la tête de ce syndicat et l’élection d’un nouveau Conseil national composé de 85 membres.
En effet, les 385 congressistes ont élu directement et à l’unanimité, samedi matin, le secrétaire général sortant, Larbi Lakhrim, pour un deuxième mandat à la tête de ce syndicat. Préalablement à ce congrès, le secrétaire général était élu par les membres du Bureau politique, mais les congressistes ont décidé à une majorité écrasante d’adopter l’une des propositions contenues dans  l’article 8 des nouveaux statuts selon laquelle le congrès, en tant que plus haute instance du SDCT, élit  directement le secrétaire général de ce syndicat affilié à la Fédération démocratique du travail (FDT).
Lors de sa première réunion, les membres du Conseil national ont, par ailleurs,  élu le bureau national composé de 21 membres. 
Avant le début du scrutin afférent au renouvellement du bureau national, Larbi Lakhrim a mis en valeur dans une brève allocution l’importance du Conseil national en tant que parlement du syndicat dans la planification stratégique, ajoutant que désormais le rôle de ses membres ne se limite plus  à prendre part aux réunions du Conseil national pour simplement critiquer le bureau national. « Dorénavant, chaque membre de ce conseil doit assumer ses responsabilités. Le bureau national a une mission de gestion, alors que le Conseil national est chargé de planification stratégique ».
L’ouverture du congrès, tenue vendredi dernier à l’hôtel Imperial Plaza à Marrakech, a été marquée notamment par la présence du secrétaire général de la FDT, Abderrahmane El Azzouzi, des membres dirigeants de cette centrale syndicale, du Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, de Mohamed Derouich, membre du Bureau politique du parti de la Rose, et d’autres personnalités politiques, syndicales et associatives.
Lors de son allocation en l’occasion, Abderrahman El Azzouzi a salué le choix porté sur la ville de Marrakech pour abriter ce congrès après celui des syndicats de l’enseignement, de la santé et des phosphates. Il a rendu également hommage aux organisateurs pour le choix de la date de ce congrès puisqu’elle coïncide avec le 11ème anniversaire de la création du syndicat mère, à savoir la FDT.
El Azzouzi a, par ailleurs, critiqué la politique d’appauvrissement menée par le gouvernement Benkirane. Laquelle politique ne touche pas seulement la classe ouvrière et les couches populaires, mais frappe aussi de plein fouet les classes moyennes, ce qui porte atteinte, selon lui, à l’ensemble des équilibres sociaux.
Ce gouvernement a, en outre, fermé la porte du dialogue avec les centrales syndicales, et les rares rencontres entre les deux parties n’étaient, selon Abderrahmane El Azzouzi, que des  « conversations » et la prise de photos, alors que les centrales syndicales réclamaient depuis plus de deux ans un «vrai dialogue» social débouchant sur des engagements tangibles.
Il a, par ailleurs, mis en relief l’alliance entre les trois grandes centrales syndicales (FDT, CDT et UMT) après plus de 50 ans de divorce, précisant que la Marche du 6 avril n’est qu’une première étape dans la lutte des centrales syndicales contre la politique antisociale du gouvernement. 
Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, a, pour sa part, salué la tenue du congrès de ces fonctionnaires qui sont actuellement plus de 150.000, c’est-à-dire que « 150.000 familles marocaines vivent du secteur des collectivités locales », a-t-il précisé. 
Même si ce secteur joue un rôle important dans la vie quotidienne des citoyens, a-t-il poursuivi, ses fonctionnaires ne bénéficient pas de l’importance qu’ils méritent. Driss Lachguar a appelé les dirigeants du SDCT à renforcer sa présence dans les 1700 communes « même avec un seul représentant ». 
Le Premier secrétaire a, par ailleurs, exprimé sa satisfaction à propos de l’alliance entre les trois centrales syndicales qui ont, selon lui, le pouvoir de changer les rapports de force dans la société en faveur des mouvements de modernité et de progrès et pour contrer les forces conservatrices qui ont recueilli le fruit des luttes du Mouvement 20 février, de la jeunesse marocaine et des forces nationales démocratiques lors des élections législatives du 25 novembre 2011.
Il a rappelé que la direction du parti élue lors du 9ème Congrès était consciente du fait que constituer un front social est une condition sine qua non pour lutter contre les régressions et le conservatisme du gouvernement et donc rétablir l’équilibre des rapports de force dans la société. Cette direction, a-t-il rappelé en substance, a entamé des démarches pour dégeler les relations entre l’USFP et l’UMT et œuvrer pour le rapprochement entre les centrales syndicales. Le Premier secrétaire de l’USFP a, à maintes reprises, scandé le slogan cher aux syndicalistes : «Avec l’unité et la solidarité, nous parviendrons à réaliser nos objectifs». 
Il a ajouté que la Marche du 6 avril véhicule deux messages. Le premier est que sans unité entre les centrales syndicales et sans pallier les erreurs du passé, les forces du progrès ne peuvent réaliser leurs objectifs. Le deuxième message est lancé à l’adresse du gouvernement qui a refusé de dialoguer avec les syndicats pendant plus de deux ans. Et même s’il avait ouvert un dialogue avec les syndicats, celui-ci n’était qu’un dialogue de sourds. Les centrales syndicales ont compris ce stratagème et ont, pour cette raison, refusé d’y prendre part.
Pour sa part, Larbi Lakhrim, secrétaire général du SDCT, a critiqué la situation sociale et économique sous le gouvernement Benkirane. Cette situation se caractérise notamment par la répression des libertés syndicales, les ponctions sur les salaires des grévistes, le gel des salaires et des promotions, la non-exécution de l’Accord du 26 avril, et l’adoption de plusieurs mesures antipopulaires qui portent atteinte directement au pouvoir d’achat des classes populaires.Devant cette situation catastrophique, le rôle des centrales syndicales est essentiel pour y faire face. D’où le choix du slogan du 3ème Congrès du SDCT « L’unité syndicale est une condition sine qua non pour préserver les acquis et faire aboutir les revendications ». Ce slogan « n’est pas une expression de circonstance, mais une mission et la perspective de notre lutte dans l’avenir. Car nous sommes conscients que la coordination syndicale est un choix qui exprime notre volonté et notre conviction qu’aucune force syndicale ne peut à elle seule  gagner la lutte sociale, préserver les acquis et contrer les décisions et les mesures antipopulaires et antidémocratiques», a conclu Larbi Lakhrim.

IIIème Congrès national du Syndicat démocratique des collectivités territoriales

Marrakech - DNES : Mourad Tabet
Lundi 7 Avril 2014

Lu 990 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs