Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hypnose : des effets reconnus en anesthésie




Hypnose : des effets reconnus en anesthésie
Les techniques d’imagerie moderne mettent en évidence le réel effet de l’hypnose sur le cerveau. Et son action bénéfique milite en faveur de cette technique, de plus en plus pratiquée dans les salles d’opération.
« Comparé aux années 90 et 2000, il y a de plus en plus de gens formés à la technique. Et la mentalité des patients a changé : mieux informés, ils ont plus envie de participer que de subir », explique le Pr Faymonville. L’hôpital de Rennes (Ille-et-Vilaine) est l’un des précurseurs : chaque jour, un patient y est opéré sous hypnose. Et d’autres hôpitaux suivent son exemple dans toute la France.
La première chose à faire : interrogez votre chirurgien. C’est lui qui définit si une hypnosédation est possible, si l’anesthésiste est formé à cette pratique et si vous êtes vraiment motivé. En effet, vous resterez éveillé pendant toute l’opération. Mais les avantages sont nombreux.
« Les médicaments agissent mieux sous hypnose, on en utilise moins, la douleur est diminuée et c’est un “distracteur” puissant. Après une hypnosédation, les personnes récupèrent plus vite. Elles sont moins fatiguées et ont la fierté d’avoir réussi quelque chose. Ça les valorise », souligne le Pr Faymonville. Le jour de l’opération, le patient est à jeun, car il se peut qu’une autre technique d’anesthésie soit nécessaire malgré tout. « C’est très rare (18 cas sur 8 500 au CHU de Liège), mais pas impossible. Il faut donc prendre les mêmes précautions que pour une anesthésie générale », insiste la spécialiste.
L’anesthésiste, formé à l’hypnose, demande d’abord au patient de choisir un lieu ou une activité agréable dans lequel il pourra se projeter pendant l’intervention. « Je pratique l’hypnose conversationnelle dès l’accueil du patient, précise Françoise Jean, infirmière anesthésiste. Je cherche petit à petit à focaliser la personne sur elle-même afin de pouvoir avoir une discussion où elle fait abstraction de tout ce qui se passe autour d’elle : c’est ce qu’on appelle la “dissociation”. On peut être là tout en étant ailleurs.

Libé
Samedi 14 Septembre 2013

Lu 1316 fois


1.Posté par Gaëtan Klein le 14/09/2013 17:50
C'est une très bonne chose que l'usage de l'hypnose se démocratise dans plusieurs contextes différents.

Il est vrai qu'à un niveau plus commun, l'hypnose est surtout connu pour son efficacité dans l'arrêt du tabac. De plus en plus de gens arrêtent de fumer par hypnose.

L'hôpital est un lieu privilégié bien entendu, et si l'anesthésie en est la première application, gageons que le corps médical saura élargir l'usage de l'hypnose à d'autres domaines.

Une petite révolution est en marche...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs