Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Huit enfants parmi les douze victimes d’un camp de déplacés bombardé par l’armée syrienne

Les armes chimiques pointées du doigt par l’OIAC




Huit enfants parmi les douze victimes d’un camp de déplacés bombardé par l’armée syrienne
Douze civils, dont huit enfants, ont été tués mercredi à l'aube lorsqu'un hélicoptère militaire syrien a bombardé un camp de déplacés près de la frontière avec la Jordanie, a annoncé une ONG. Les bombes, qui ont visé le camp près du village de Shajara, ont également blessé sept personnes, dont trois femmes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Les victimes sont toutes des civils. Il s'agit de personnes ayant fui la violence dans la province méridionale de Deraa", près de la Jordanie, a précisé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.
Ces bombardements surviennent dans un climat de violences croissantes dans cette province, où les rebelles ont réalisé des avancées ces derniers mois, selon les militants anti-régime locaux. La guerre qui sévit en Syrie a mis sur la route de l'exil trois millions de réfugiés alors que six millions de personnes sont déplacées dans leur propre pays, certaines vivant dans des camps de fortune le long des frontières. 
Mardi soir, l'armée de l'air syrienne a bombardé plusieurs régions rebelles dans la province septentrionale d'Alep, où les raids ont causé la mort de 2.000 personnes, dont 500 enfants, depuis janvier, selon l'OSDH.  Par ailleurs, l'armée a tiré deux missiles sol-sol sur Waer, dernier quartier de Homs, dans le centre du pays, encore tenu par les rebelles, ont indiqué les militants anti-régime.
L'OSDH a exprimé son inquiétude sur le sort de 145 jeunes kurdes kidnappés le mois dernier par les jihadistes de l'Etat islamique d'Irak et du Levant (EIIL) dans la province d'Alep. "Les habitants et des familles d'étudiants de la ville d'Ain al-Arab (Kobani en langue kurde) ont indiqué à l'Observatoire, craindre que l'EIIL les oblige à commettre des attentats suicide en utilisant des voitures ou des ceintures d'explosifs", a indiqué cette organisation.
Dans cette guerre qui ravage le pays depuis plus de trois ans et qui a fait 162.000 morts, des armes chimiques comme le chlore ont été utilisées de "manière systématique" en Syrie, selon un rapport préliminaire de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) qui enquête sur des allégations d'attaques utilisant cet agent industriel. En effet, cette dernière a indiqué dans un communiqué que les preuves rassemblées "accordent du crédit au point de vue selon lequel des agents chimiques toxiques, probablement des agents irritants pour les voies respiratoires, comme le chlore, ont été utilisés en Syrie".
Le rapport, selon des sources, "confirme qu'il y a bien eu emploi" de chlore en Syrie. Près de 8% de l'arsenal d'armes chimiques est toujours en Syrie, a souligné l'OIAC, répétant que la Syrie allait manquer la date butoir du 30 juin pour la destruction de son stock d'agents chimiques.
 

AFP
Jeudi 19 Juin 2014

Lu 2023 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs