Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hugo Chavez

Le président et le révolutionnaire




Hugo Chavez
Hugo Rafael Chávez Frías (né le 28 juillet 1954 à Sabaneta, dans les Llanos, au Sud du Venezuela, et mort le 5 mars 2013 à Caracas) est un militaire et homme d'Etat vénézuélien.
Il devient président de la République du Venezuela le 2 février 1999. Il est le chef du parti politique du Mouvement Cinquième République de sa fondation, en 1997, à 2007, date à laquelle il fonde le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). Se revendiquant du bolivarisme et ayant pour objectif l'établissement du «socialisme du XXIe siècle», il met en place un ensemble de réformes, désigné sous le nom de «Révolution bolivarienne», et comprenant la promulgation d'une nouvelle constitution, une politique de «démocratie participative», et la nationalisation des industries clés. Les ressources naturelles du Venezuela lui permettent de financer un ensemble de politiques sociales et d'entretenir sa popularité au sein des classes populaires, ainsi que son aura au sein d'une partie de la gauche à l'échelle internationale. Sa politique comme sa personnalité font cependant l'objet d'importantes controverses : il lui est notamment reproché de ne pas poser les bases d'un développement durable au Venezuela, de gouverner de façon autoritaire et d'entretenir des liens avec plusieurs dictatures.
Atteint d'un cancer au début de 2010, il est réélu pour un quatrième mandat en 2012, mais ne peut prêter serment et meurt des suites de sa maladie.
Hugo Chávez est né dans la ville de Sabaneta, dans l'Etat de Barinas le 28 juillet 1954. Sabaneta est située dans les basses terres des Andes vénézuéliennes, près de la cordillère des Andes à l'ouest et au sud. Il est le second fils d'une famille de sept enfants. Son père, Hugo de los Reyes Chávez, fut trois fois gouverneur de Barinas de 1998 à 2008. Sa mère est Elena Frías dite Frías de Chávez. Les parents de Chávez travaillaient tous deux comme enseignants dans une école locale. Son père avait abandonné l'école au collège. Cependant, il obtint plus tard une qualification lui permettant d'enseigner à l'école primaire.
La famille Chávez, d'origine principalement indienne-indigène, espagnole et afro-vénézuélienne, a des ancêtres dans le centre du Venezuela, dans la région des llanos. Chávez est l'arrière-petit-fils du rebelle Pedro Pérez Delgado, plus connu sous le sobriquet de Maisanta. Maisanta fut un leader rebelle par intermittence. Il soutint une insurrection qui, avant sa capture en 1922, mena à la mort à la fois d’un ex-président vénézuélien et d’un gouverneur d’Etat. Les terres appartenant à la famille de Maisanta sont très étendues et collectivement, elles sont connues sous le nom de La Marquesena. Après l'insurrection, elles furent confisquées par les autorités fédérales. Plus de 80 ans plus tard, la même propriété sera expropriée par Chávez. Chávez évoqua plus tard la perte de ces terres familiales qui auraient eu une place centrale dans les récits racontés par sa grand-mère paternelle, Rosa. Elle lui aurait dit: «Pour moi, La Marquesena fut le point de rencontre d'un grand nombre de choses».
Chávez grandit dans une petite maison faite de feuilles de palmiers et d'un sol en terre battue. Sa famille vivait dans un petit village juste à la sortie de Sabaneta. Chávez et ses frères et sœurs ont été poussés par leurs parents à considérer leur éducation comme une échappatoire à leur environnement rural, afin d'atteindre de meilleures vies dans les villes plus prospères. La mère de Chávez aurait souhaité qu'il devienne un prêtre catholique, il servit alors comme enfant de chœur pendant un an. L'une de ses obligations consistait à nettoyer et polir des statuettes représentant les saints et Jésus. Il commença alors à développer une aversion à la représentation en figurine de Jésus. Chávez s'offensa, en particulier, du portrait que son église faisait de Jésus, le représentant comme un idiot, alors que Chávez, lui, le considérait comme un «rebelle». Cela le poussa à se méfier des hiérarchies religieuses tout au long de sa vie.
Plus tard, ses parents l’envoyèrent ainsi que son frère aîné, Adán vivre chez leur grand-mère paternelle, Rosa Inés Chávez, qui vivait dans Sabaneta. De ce fait, il noua une relation plus forte avec sa grand-mère qu'avec sa propre mère. Plus tard, les parents de Chávez et ses autres frères et sœurs s'installèrent dans une maison aux alentours. Chávez raconte la situation étrange dans laquelle il se trouva lorsque ses parents s'installèrent dans une autre maison que celle dans laquelle il vivait en compagnie de sa grand-mère paternelle à Sabaneta : «[Ils déménagèrent à Sabaneta] et mon père construisit une petite maison… diagonalement opposée à celle en chaume de ma grand-mère. Mes parents y vivaient avec les autres enfants… [Leur maison] était une petite maison faite de [blocs de ciments], une maison rustique, mais avec un toit en amiante et un sol en ciment». Ainsi, Chávez et Adán restèrent chez leur grand-mère, tout en étant régulièrement en contact avec leurs parents. La plupart des enfants de la région dans laquelle il grandit ne suivaient jamais d'études supérieures. Cependant, Chávez prouva être l'une des exceptions. Il commença par fréquenter l'école primaire Julián Pino. En même temps, il continua ses passe-temps, la peinture et le chant. A l'âge de douze et treize ans, il était un garçon très mince aux pieds anormalement grands, et ses camarades le surnommèrent «Tribilin», le nom espagnol du personnage de Disney, Dingo. Le soir après l'école, il travaillait comme marchand ambulant, vendant des friandises de fruits caramélisés confectionnées par sa grand-mère. Chávez se rappela plus tard avoir développé un goût pour la nature. Cela vint du fait que sa famille se trouvait à proximité de la rivière Guanare. Là-bas, il allait pêcher avec son père. Et les jours de fêtes comme Pâques par exemple, sa famille organisait des pique-niques sur les bancs de la rivière. Il était particulièrement intéressé par le base-ball. L'un de ses rêves d'enfance était de devenir lanceur pour l'équipe des Giants de San Francisco, suivant les traces de son héros de jeunesse, le lanceur vénézuélien, Isaías «Látigo» Chávez (pas de liens familial entre les deux). Lorsque Látigo mourut à l'âge de 23 ans, le 16 mars 1969 à Zulia dans le second accident d'avion le plus grave de l'histoire du Venezuela, il était tellement triste qu'il refusa d'aller à l'école pendant deux jours. Cinq ans plus tard, il écrivait encore sur Látigo dans son journal intime. Chávez continua à jouer et à aimer le baseball tout au long de sa vie. Il écrivit aussi des poèmes, des récits et des drames. Dès son plus jeune âge, Hugo Chávez s'intéresse à la vie, à l'idéologie, ainsi qu'aux écrits de Simón Bolívar. Ce dernier était très respecté à la fois au Venezuela et dans le reste de l'Amérique du Sud en tant que révolutionnaire vénézuélien et membre de l'armée de libération. On se souvient de lui en particulier pour son rôle central dans les guerres d'indépendance en Amérique du Sud. En effet, dès son enfance, Chávez liait les dates clés de sa propre vie avec les anniversaires importants liés aux actions de Bolivar. Plus tard, Chávez s'installa dans une plus grande ville, Barinas, où il fréquenta le collège Daniel Florencio O'Leary. Durant ses années au lycée, ses meilleurs amis étaient deux frères, les fils de Jose Ruiz, un communiste qui avait été incarcéré par le gouvernement de la dictature militaire de Marcos Pérez Jiménez. C'est dans la bibliothèque de la famille Ruiz que Chávez lut ses premiers livres sur le communisme et le socialisme16. Plus tard, à l'âge de 17 ans, Chávez rejoint l'armée vénézuélienne. Il se rappela plus tard qu'il s'était engagé afin de pouvoir jouer dans la ligue de baseball de l'armée.  Par la suite, il s'inscrit en tant que cadet à l'Académie militaire vénézuélienne.

Libé
Jeudi 29 Août 2013

Lu 77 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs