Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hubert Védrine, ancien chef de la diplomatie française : “Le Maroc, seule monarchie arabe dont le chef d’Etat a lancé lui-même les réformes”




«L’effervescence en Méditerranée, annonce-t-elle un changement de paradigme dans les relations internationales?». Tel est l’intitulé de l’intervention d’Hubert Védrine, ex-ministre français des Affaires étrangères, lors de la conférence organisée jeudi dernier par la Fondation Abderrahim Bouabid en son siège à Salé.
Devant un public composé d’intellectuels, d’hommes politiques, de diplomatiques, de jeunes associatifs et de militants des droits humains, l’ancien chef de la diplomatie française a souligné que le déclenchement des événements de Tunisie, a annoncé le début d’une nouvelle ère de changements considérables au sein du monde arabe. « Les peuples arabes commencent à décider de leur destin par eux-mêmes », a-t-il affirmé en substance.
S’agissant du Maroc, il a déclaré que ce pays ne fera pas l’exception bien qu’il ait ses particularités. Il a, néanmoins, assuré que le discours de S.M le Roi Mohammed VI est d’une importance capitale. Il a ajouté que le Maroc est la seule monarchie arabe dont le chef d’Etat a lancé lui-même des réformes concrètes.
L’auteur de « Les Mondes de François Mitterrand » et « Le temps des chimères » a signalé, par ailleurs, qu’il sera étonné si les mêmes régimes qui existent aujourd’hui resteront identiques à eux-mêmes dans les cinq ans à venir. « C’est un processus de démocratisation historique, soit ces régimes sont renversés, soit ils sont radicalement changés et réformés », déclare-t-il. Ceci d’autant plus, Hubert Védrine a prévu la naissance d’un nouveau nationalisme arabe démocratique mené par l’Egypte qui connait à l’heure actuelle de véritables changements structurels.
Quant à l’intervention des Nations unies en Libye, le militant socialiste français et ancien conseiller diplomatique du Président François Mitterrand, a précisé qu’il ne s’agit pas d’une ingérence dans les affaires intérieures de ce pays, mais cela visait à empêcher un génocide qui allait être perpétré à Benghazi par l’armée de Kadhafi. Et de conclure que ce dernier est neutralisé politiquement et que la tragédie libyenne finira sans aucun doute. 

Montassir SAKHI
Mardi 19 Avril 2011

Lu 440 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs