Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Hot Maroc” ou la fresque romanesque d’un Maroc ardent




Hot Maroc est le premier roman de Yassin Adnan, mais non sa première publication puisqu’il a écrit des poèmes et des nouvelles de grande qualité, primés à maintes reprises. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, Adnan et un nombre de poètes rebelles - créent la revue «Le raid poétique» et traquent le renouveau dans la poésie arabe contemporaine. Une expérience qui a duré plusieurs années avant de laisser place à d’autres préoccupations aussi importantes les unes que les autres. L’écrivain, tout au long de la dernière décennie, prépare et présente une émission culturelle sur la première chaine de télévision marocaine et, en parallèle, participe à des colloques, des festivals, des rencontres partout dans le monde. Son dernier livre de poésie « Le cahier du voyageur » en témoigne. Il y parle des aéroports du monde, des cafés dans d’autres contrées, de longues attentes auprès de personnes différentes…bref, des influences multiples et de son sentiment d’appartenir au monde au sens large. 
Tout cela n’a pas empêché Yassin Adnan d’écrire Hot Maroc, un roman qui lui a pris presque cinq ans - Côte d’Azur 2011, Bruxelles 2015 - et qui s’étale sur 460 pages. On a l’impression, en lisant ce roman que c’est le devoir intellectuel qui pousse l’écrivain à projeter un travail d’une telle envergure. Tout d’abord, il cherche à sortir des sentiers battus au niveau de la forme. L’histoire est à la fois linéaire sans l’être, elle ressemble à un tableau de peinture où chaque touche a sa place et, en son absence, le tout se trouve lacunaire. Certains chapitres qui composent l’ouvrage se focalisent sur le personnage principal alors que d’autres le laissent de côté, sans l’oublier complètement, comme un bateau à l’horizon qui ajoute de l’embellissement au paysage, pour s’intéresser à d’autres choses. Au niveau du fond, l’écrivain tente de dévoiler quelques vérités explosives sur les fonctionnements et dysfonctionnements de la société actuelle.
Si le romancier est celui qui se balade avec une loupe à la main, la lentille de convergence de Yassin Adnan est bien sophistiquée. 
L’histoire débute quand Laâouina, littéralement petit œil, commence à régler ses comptes avec ses « ennemis » en leur administrant, avec le genou, des coups fatals en pleine figure, mais exclusivement en rêve, car c’est un lâche, un vrai, incapable d’affronter même le plus faible de ses antagonistes. Cependant, la révolution qu’Internet introduit dans la société marocaine lui a permis de se venger du monde, de ceux qui lui ont montré ses faiblesses et son échec par leur réussite, mais aussi ceux qui ne lui ont rien fait et qui, par un mauvais hasard, sont pris dans sa toile. Il paralyse sa victime tout d’abord par ses fils avant de lui injecter le venin nécessaire pour l’achever. Cette capacité de tirer sur tout ce qui bouge est remarquée par ceux qui dirigent invisiblement le pays. Ils l’orientent vers le sens qu’ils veulent. Ils exploitent le savoir-frapper de Rahal Laâouina et font de lui une voix importante dans la revue électronique : Hot Maroc. Adnan fait allusion à un certain nombre de journalistes qui forgent l’opinion publique et qui ont une grande renommée dans le pays, mais qui ne sont que des pions des Invisibles. Ils nourrissent la société d’informations graves, impossible à obtenir par des enquêtes honnêtes. Les personnages de Naïm Marzouk et d’Anouar Mimi sont illustres à cet égard. 
Dans Hot Maroc, chaque personnage a son correspondant dans le monde des animaux. Le personnage principal est un écureuil. Non seulement il lui ressemble physiquement, mais aussi parce que ses comportements ne s’éloignent pas trop de ceux de cet animal. Sa femme est une hérissonne, elle est capable de se rouler en boule lorsqu’elle se sent menacée et de dresser ses piquants. Si Balzac a écrit «la comédie humaine» parce qu’il voit que les hommes ne se ressemblent pas et que chacun a un rôle à jouer dans ce monde, Yassin Adnan a écrit une «comédie animale» en faisant ressembler ses personnages à des animaux et en insinuant que ces derniers sont différents et qu’ils leur arrivent à se nourrir les uns des autres pour exister. Le roman est une nature où évoluent la mante religieuse à côté du cygne, l’éléphant à côté de la vache, le sloughi à côté du chien… 
Le nouvel opus d’Adnan est une radioscopie de la société marocaine. On y trouve le professeur universitaire arriviste et non qualifié qui, en quelque sorte, se trouve derrière la chute vertigineuse du niveau des étudiants dans ce pays. Il y a aussi cette guerre entre les Don Quichotte des temps modernes, ces étudiants politisés à la fac et qui sont convaincus que le changement du monde ne peut sortir que de leur campus. Il y a aussi ces nouveaux fortunés qui se croient capables d’investir dans tous les projets même dans l’éducation. On trouve dans Hot Maroc les guerres intestines entre des partis politiques et leur sens de l’arrivisme, allant jusqu’à entraîner le peuple dans des polémiques absurdes. C’est aussi et surtout la fabrication des idées et des pensées par des journalistes dont le seul objectif est de s’enrichir en balançant par-dessus le mur toute déontologie. C’est le roman de la trahison, de la dissolution des mœurs, de l’amour et de la haine, de la guerre et de la paix.   
Hot Maroc est un roman urbain ancré dans son époque et dans son espace. A lire pour découvrir d’autres facettes de la ville de Marrakech, mais aussi pour se délecter des images poétiques, de l’ironie romanesque, des figures de style et d’infinis délices narratifs traitant de sujets de société à l'image d'un Maroc en mutation.
 

Par Moulay Seddik Rabbaj Ecrivain
Mardi 10 Mai 2016

Lu 2301 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs