Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hosni Moubarak comparaît pour la seconde fois devant la justice égyptienne


L’ex-raïs devra répondre de sacomplicité dans les meurtres des manifestations qui l’ont renversé



Hosni Moubarak comparaît pour la seconde fois devant la justice égyptienne
L'ancien président Hosni Moubarak comparaît à partir de samedi pour la deuxième fois devant la justice égyptienne qui devra déterminer s'il est coupable de complicité dans les meurtres de manifestants qui ont renversé son régime en février 2011.
Ce second procès de l'ex-raïs, âgé de 84 ans, sera retransmis à la télévision nationale et il devrait une nouvelle fois illustrer combien le chemin emprunté par l'Egypte pour gagner la démocratie demeure tortueux.
La Cour de cassation égyptienne avait jugé recevable en janvier l'appel formé par l'ancien président et son ministre de l'Intérieur Habib al Adli, tous deux condamnés à la réclusion à perpétuité en juin 2012 pour leur implication dans la répression de la "Révolution du Nil".
Lors du premier procès, Hosni Moubarak, Habib al Adli et quatre de ses adjoints avaient été reconnus coupables de complicité dans la mort de plus de 800 manifestants au cours des 18 jours de l'insurrection.
La condamnation avait eu valeur de symbole: l'ancien président était le premier dirigeant balayé par le "Printemps arabe" à être présent à son procès et à se retrouver derrière les barreaux.
La procédure judiciaire avait toutefois montré combien rendre la justice demeurait compliqué dans un pays où les magistrats et membres de forces de sécurité nommés sous le règne de celui qui occupait le box des accusés étaient encore en place - ce qui est toujours valable aujourd'hui.
Six hauts fonctionnaires du ministère de l'Intérieur - dont deux comparaissaient pour des crimes moins graves - avaient été acquittés. Le parquet s'était plaint du manque de coopération du ministère qui avait rechigné à fournir des éléments de preuve à l'accusation.
Le tribunal avait jugé que Hosni Moubarak et Habib al Adli n'avaient pas su empêcher les massacres lors du soulèvement mais le juge n'avait pas osé franchir le pas et sanctionner les deux dirigeants pour avoir ordonné les violences.
Lors de ce second procès, le ministère public s'appuiera sur des éléments rassemblés par une commission d'enquête mise en place l'an passé par le président Mohamed Morsi.
Le nouvel homme fort d'Egypte a essuyé des critiques après son refus de publier le rapport de la commission établi en décembre.
Au final, le sentiment est que très peu a été accompli sur la voie de la transition vers une justice plus indépendante.
Lors de ce second procès, Moubarak devra également répondre de l'accusation d'avoir illégalement facilité un accord de vente de gaz naturel à prix bradé à Israël.

Reuters
Samedi 13 Avril 2013

Lu 0 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs