Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hors champ Kiarostami, le tournant ?




Abbas Kiarostami, le plus grand cinéaste iranien et l'un des plus célèbres du monde, est en train de réaliser son nouveau long-métrage en Italie. Un nouveau film de Kiarostami est toujours un événement en soi, mais cette fois le film se présente comme un véritable tournant dans le programme esthétique et le dispositif technique du cinéaste iranien. Connu comme l'un des grands héritiers du néoréalisme, Kiarostami  a mis en avant un cinéma minimaliste, sans acteurs professionnels encore moins des stars, sans scénario et sans découpage préalable.  Aujourd'hui, ce dispositif semble toucher ses limites ayant déjà été consacré par un immense succès critique et promotionnel avec une Palme d'or à Cannes pour « Le goût de la cerise ».
Kiarostami est devenu la star du cinéma poétique, l'icône d'un cinéma décalé et  hors système. En venant tourner en Italie, c'est un  pèlerinage au pays du néoréalisme et une sorte d'hommage au père fondateur du genre, Rossellini puisque le film est porté par le récit d'un couple en crise comme dans un certain « Voyage en Italie ». Film culte ayant lui-même marqué un virage dans la carrière du maître italien. Kiarostami entame lui aussi un changement de méthode: grande première, il y a un scénario; et innovation ultime Kiarostami a recours à des vedettes dont l'actrice française Juliette Binoche. On avait même parlé de Robert de Niro pour le rôle masculin. "Avec mes derniers films, j'étais arrivé au bout de quelque chose; je ne pouvais que me répéter. Le passage à un niveau plus professionnel peut m'être d'un grand profit, même si je n'entends pas pour autant rompre avec mon idée du cinéma".
Autre nouveauté rapporté par les médias, c'est que le maître iranien a rompu son fameux silence observé à l'égard du système politique en place dans son pays. Une attitude qui lui a permis de faire son métier dans une relative liberté. Les derniers événements vont certainement mettre fin à ce modus vivendi. Kiarostami considère en effet que le régime des Mollah est allé très loin dans la répression du désir de liberté exprimé par la jeunesse au-delà du fait de contester les résultats d'une  élection. "Ce qui nous parvient de la violence de la répression donne l'impression qu'une page vient d'être tournée, sans retour."

Mohammed Bakrim
Samedi 11 Juillet 2009

Lu 366 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs