Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Horreur estudiantine : Une jeune fille violemment brutalisée à l’Université Moulay Ismaïl




On lui rase le crâne pour la punir. Ce n’est point le début d’un quelconque conte, mais bel et bien la fin d’une histoire réelle et actuelle. Mardi dernier, une poignée d’étudiants se déclarant marxistes-léninistes à l’Université Moulay Ismail de Meknès ont commis … le crime. Ils rasent publiquement le crâne d’une jeune fille, employée à la buvette de la Faculté. Ils la condamnent également à subir quarante gifles ! Elle est accusée d’être une indic de la police, accusation très répandue contre ceux et celles qui ne partagent pas le même charabia idéologique, ni acceptent d’obtempérer et de se soumettre aux «lois de la jungle» que dictent  ces gauchistes. Des étudiants proches de cette affaire font savoir que la fille employée  à la buvette ne voulait pas, nonobstant les menaces de ces extrémistes, céder à leurs chantages et leur accorder des repas gratis !
Même sa sœur (16 ans) qui n’a pas pu résister face à cette scène horrible a été rouée de coups de matraque au point d’avoir été évacuée vers l’hôpital. Ils allaient ainsi à l’encontre des traditions universitaires, en instituant un tribunal qui prononce des verdicts contre des personnes avec lesquelles ils sont en conflit. Le groupe connu dans l’enceinte universitaire sous le nom de «Barnamaj Marhali» est en même temps partie au conflit, mais il n’a pas froid aux yeux de siéger en tant que juge… quelle conception de la justice !
L’ambiance est délétère et nauséabonde, mais  personne n’ose bouger le petit doigt. Les sbires de la fac y règnent en maîtres. Ils font la pluie et le beau temps, et le tout est une question d’humeur !
 «C’est inadmissible de continuer à regarder en spectateur pareille scène, l’on doit mettre fin à ces pratiques récurrentes qui transforment l’enceinte universitaire en lieu de non-droit, d’incivilité et de sauvagerie meurtrière », déclare un professeur à la Faculté des sciences ayant requis l’anonymat, de peur d’être agressé par ces groupes extrémistes.

Arrestation des mis en cause

Les services de la police judiciaire de la préfecture de police de Meknès ont procédé hier à l'arrestation de deux étudiants universitaires inscrits à la Faculté des sciences de Meknès, pour leur implication présumée dans l'agression, avec coups et blessures, d'une fille mineure, a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Les mis en cause ont été appréhendés dans la zone Marjane 2 près de la cité universitaire de Meknès, sur la base des investigations menées par les services de sécurité qui ont révélé leur participation directe à l'agression physique d'une fille qui travaillait dans la cafétéria de l'université, après avoir lié ses mains, couvert ses yeux d'un châle en coton et rasé de force ses cheveux, explique un communiqué de la DGSN.
Les services de sécurité ont également saisi deux armes blanches de gros calibre chez les deux prévenus, indique la même source, ajoutant que l'un des mis en cause a reçu les premiers soins à l'hôpital, après avoir été atteint de malaise lors de sa tentative de fuite.
Les deux prévenus ont été placés en garde à vue et mis à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du Parquet général compétent, et les investigations sont en cours pour arrêter les autres personnes impliquées dans cette affaire, ajoute le communiqué.

Nouri Zyad
Vendredi 20 Mai 2016

Lu 3559 fois


1.Posté par Hamid le 20/05/2016 00:57
Ce n'est pas la première foix que l'université de Meknès connait des incidents de la sorte à cause de groupes de jeunes de gauche radicale qui sément le chaos. Je suis choqué par la lacheté manifeste des autres étudiants qui n'ont pas bougé le petit doigt pour venir en aide à cette pauvre fille. Pourquoi le doyen de la faculté ne renvoie pas définitivement ces sbyres dont l'identité est connue? Est ce qu'on attend qu'un drame se produise?

2.Posté par de clerck le 20/05/2016 15:06
je ne suis pas si sur que ils soient véritablement des gauchistes, ils peuvent aussi être des représentent d'islamistes radicaux, caches, voir de l’extrême droite, ce qui n'est actuellement pas encore connu , ici au Maroc, mais leurs comportement, semble me rappeler certains de ceux sévissent en Allemagne ou en France...

3.Posté par horrifiema le 21/05/2016 09:07
les gauchistes terroristes pratiquent les mêmes méthodes fascistes des assassins de daesh,il faut considérer leur acte horrible comme acte terroriste et les faire passer par la cour de Salé
aucune pitié pour ces apprentis terroristes,et nettoyer les universités des criminels gauchistes et islamistes!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs