Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hommage posthume à Noureddine Kachti : L’homme, l’ami et le cinéaste




Hommage posthume à Noureddine Kachti : L’homme, l’ami et le cinéaste
Son rêve fut le cinéma. Son amour pour cet art était aveugle et fou. Il avait fait de lui l’un des grands cinéastes du pays. Il vient de partir. Un départ malgré lui et malgré nous. Le public et ses amis ont été affligés par ce départ précipité. Hassan Nraiss, critique reconnu du 7ème art et  grand ami du regretté, vient  d’éditer  un hommage  posthume à Noureddine. Un recueil de témoignages d’amis, de cinéastes, d’intellectuels, d’écrivains, de poètes et d’acteurs. «Noureddine Kachti, rêve, amour…et départ consternant», tel est le titre de cette parution en hommage à un  homme  qui consacra sa vie au cinéma. «…Le défunt est mort comme meurent les héros amoureux, il a rendu l’âme en pleurant sa bien-aimée qui fut le cinéma… » C’est en ces termes qu’entame Hassan Nraiss son témoignage sur le cinéaste que fut le regretté Noureddine Kachti. Il ressort de presque tous les témoignages de cet hommage que Noureddine était un passionné et un fidèle à son adorée que fut le septième art. Il consacra inconditionnellement et avec dévouement tout son temps, sa générosité, son amour, sa vie pour partager les tristesses, les difficultés, les créations et les rêves de sa préférée : le cinéma. Son affection, son amour et sa passion pour son  métier étaient absolus et dévoués. Le cœur toujours à l’ouvrage, il n’a cessé avec ambition, modestie et conviction de tout donner sans rien demander. «Le bel amoureux et le critique exceptionnel et le fin expert et connaisseur du fameux monde du cinéma…a toujours œuvré pour la continuité de celui-ci et de la vie», témoigne l’acteur marocain Driss Roukh dans l’hommage rendu à Noureddine. Et la star marocaine d’ajouter que le défunt était un passionné et un fidèle du cinéma classique français et italien des années cinquante et soixante avec les étoiles de l’époque telles Sophia Loren, Gina Lollobrigida et d’autres. Mais le regretté n’était pas seulement un artiste, mais avait plusieurs autres préoccupations selon les témoignages de ses proches. « …Je l’ai connu comme militant politique à l’OAD, journaliste compétent au quotidien Anoual aux services économique et culturel, critique cinématographique exceptionnel, acteur associatif…et enseignant de l’analyse de l’image et l’histoire du cinéma dans plusieurs établissements. Il fut aussi l’un des rares experts dans le savoir cinématographique, » affirmait dans le même recueil de témoignages sur le défunt, Moubarak Houssni. Ce qui est sûr, c’est qu’avec le départ de Noureddine, le cinéma a perdu l’un des pans de son histoire et que Hassan Nraiss ressuscite à sa manière dans «Noureddine Kachti, rêve, amour…et départ consternant».

KAMAL MOUNTASSIR
Vendredi 10 Juin 2011

Lu 563 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs