Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hollande invité du Parti social-démocrate allemand




Hollande invité du Parti social-démocrate allemand
Le président français François Hollande et Angela Merkel étaient réunis jeudi à Leipzig (est) pour célébrer les 150 ans du parti social-démocrate allemand, principal rival de la chancelière aux prochaines législatives.
Le président socialiste a été acclamé à son arrivée dans la vaste salle de concert, noyée sous la lumière rouge des spots --la couleur du SPD--, avant de prendre place au premier rang, aux côtés de Mme Merkel, du président allemand Joachim Gauck, et du chef du SPD Sigmar Gabriel.
M. Hollande devait être le seul dirigeant étranger à faire un discours, la chancelière conservatrice Angela Merkel ne faisant pas d'allocution.
 Aucun entretien de travail n'était prévu jeudi entre M. Hollande et Mme Merkel, qui devait se rendre après la cérémonie à des consultations germano-néerlandaises à Clèves (ouest).
Mercredi, M. Hollande a annoncé à Bruxelles qu'il rencontrerait la chancelière allemande le 30 mai pour mettre au point une "contribution commune" pour le prochain sommet européen en juin.
Ce sera la première contribution commune du couple franco-allemand depuis l'arrivée au pouvoir de M. Hollande il y a un peu plus d'un an.
Jeudi, le président français devait se garder de tout soutien ostensible au candidat social-démocrate Peer Steinbrück, à la peine dans les sondages à quatre mois des législatives allemandes. "C'est une réunion de consensus puisque la chancelière est présente", a-t-on indiqué dans l'entourage de M. Hollande.
Les sociaux-démocrates allemands ont voté avec le parti de la chancelière tous les plans de sauvetage de la zone euro, depuis le début de la crise, même s'ils n'ont eu de cesse de critiquer les politiques d'austérité imposées selon eux par Angela Merkel.
M. Hollande assure que "la page est tournée" après les bisbilles franco-allemandes qui avaient culminé récemment lorsque le Parti socialiste français avait qualifié la politique européenne de la chancelière d'"égoïste" dans un projet de résolution.
Paris et Berlin peinent à s'accorder sur une stratégie économique commune en Europe, les Français critiquant un excès d'austérité qui freinerait la relance de la croissance alors que les Allemands campent fermement sur la rigueur budgétaire et les réformes de compétitivité.

AFP
Vendredi 24 Mai 2013

Lu 159 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs