Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse




Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse
Je te commande, reprit le magicien africain, qu’à l’heure même tu enlèves le palais que toi ou les autres esclaves de la lampe ont bâti dans cette ville, tel qu’il est, avec tout ce qu’il y a de vivants, et que tu le transportes, avec moi et en même temps, dans un tel endroit de l’Afrique. » Sans lui répondre, le génie, avec l’aide d’autres génies esclaves de la lampe comme lui, le transporta en très-peu de temps, lui et le palais en son entier, au propre lieu de l’Afrique qui lui avait été marqué. Nous laisserons le magicien africain et le palais avec la princesse Badroulboudour en Afrique, pour parler de la surprise du sultan. Dès que le sultan fut levé, il ne manqua pas, selon sa coutume, de se rendre au cabinet ouvert pour avoir le plaisir de contempler et d’admirer le palais d’Aladdin.
  Il jeta la vue du côté où il avait coutume de voir ce palais : il ne vit qu’une place vide, telle qu’elle était avant qu’on l’y eût bâti. Il crut qu’il se trompait et il se frotta les yeux ; mais il ne vit rien plus que la première fois, quoique le temps fût serein, le ciel net, et que l’aurore, qui avait commencé à paraître, rendît tous les objets fort distincts. Il regarda par les deux ouvertures, à droite et à gauche, et il ne vit que ce qu’il avait coutume de voir par ces deux endroits. Son étonnement fut si grand qu’il demeura longtemps dans la même place, les yeux tournés du côté où le palais avait été et où il ne le voyait plus, en cherchant ce qu’il ne pouvait comprendre, sans savoir comment il se pouvait faire qu’un palais aussi grand et aussi apparent que celui d’Aladdin, qu’il avait vu presque chaque jour depuis qu’il avait été bâti avec sa permission, et tout récemment, le jour de devant, se fût évanoui de manière qu’il n’en paraissait pas le moindre vestige. « Je ne me trompe pas, disait-il en lui-même, il était dans la place que voilà. S’il s’était écroulé, les matériaux paraîtraient en monceaux, et si la terre l’avait englouti, on en verrait quelque marque. »
De quelque manière que cela fût arrivé, et quoique convaincu que le palais n’y était plus, il ne laissa pas néanmoins d’attendre encore quelque temps pour voir si en effet il ne se trompait pas. Il se retira enfin, et après avoir regardé encore derrière lui avant de s’éloigner, il revint à son appartement ; il commanda qu’on lui fît venir le grand vizir en toute diligence, et cependant il s’assit, l’esprit agité de pensées si différentes qu’il ne savait quel parti prendre.
Le grand vizir ne fit pas attendre le sultan : il vint même avec une si grande précipitation que ni lui ni ses gens ne firent réflexion, en passant, que le palais d’Aladdin n’était plus à sa place. Les portiers même, en ouvrant la porte du palais, ne s’en étaient pas aperçus. En abordant le sultan: «Sire, lui dit le grand vizir, l’empressement avec lequel Votre Majesté m’a fait appeler m’a fait juger que quelque chose de bien extraordinaire était arrivé, puisqu’elle n’ignore pas qu’il est aujourd’hui jour de conseil et que je ne devais pas manquer de me rendre à mon devoir dans peu de moments.
– Ce qui est arrivé est véritablement extraordinaire, comme tu dis, et tu vas en convenir. Dis-moi, où est le palais d’Aladdin ?
– Le palais d’Aladdin, sire ! répondit le grand vizir avec étonnement ; je viens de passer devant, il m’a semblé qu’il était à sa place. Des bâtiments aussi solides que celui-là ne changent pas de place si facilement.
– Va voir au cabinet, répondit le sultan, et tu viendras me dire si tu l’auras vu. » Le grand vizir alla au cabinet ouvert, et il lui arriva la même chose qu’au sultan. Quand il se fut bien assuré que le palais d’Aladdin n’était plus où il avait été, et qu’il n’en paraissait pas le moindre vestige, il revint se présenter au sultan. « Hé bien, as-tu vu le palais d’Aladdin ? lui demanda le sultan.
– Sire, répondit le grand vizir, Votre Majesté peut se souvenir que j’ai eu l’honneur de lui dire que ce palais, qui faisait le sujet de son admiration avec ses richesses immenses, n’était qu’un ouvrage de magie et d’un magicien ; mais Votre Majesté n’a pas voulu y faire attention. » Le sultan, qui ne pouvait disconvenir de ce que le grand vizir lui représentait, entra dans une colère d’autant plus grande qu’il ne pouvait désavouer son incrédulité, « Où est, dit-il, cet imposteur, ce scélérat, que je lui fasse couper la tête ?
(A suivre)

Libé
Samedi 19 Octobre 2013

Lu 163 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs