Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse




Histoire d’Aladdin ou la lampe merveilleuse
 La sultane écouta fort tranquillement tout ce que la princesse voulut bien lui raconter ; mais elle ne voulut pas y ajouter foi. « Ma fille, lui dit-elle, vous avez bien fait de ne point parler de cela au sultan votre père. Gardez-vous bien d’en rien dire à personne : on vous prendrait pour une folle si on vous entendait parler de la sorte.
– Madame, reprit la princesse, je puis vous assurer que je vous parle de bon sens. Vous pouvez vous en informer à mon époux, il vous dira la même chose.
– Je m’en informerai, repartit la sultane ; mais quand il m’en parlerait comme vous, je n’en serais pas plus persuadée que je le suis. Levez-vous cependant, et ôtez-vous cette imagination de l’esprit. Il ferait beau voir que vous troublassiez par une pareille vision les fêtes ordonnées pour vos noces, et qui doivent continuer plusieurs jours dans ce palais et dans tout le royaume ! N’entendez-vous pas déjà les fanfares et les concerts de trompettes, de timbales et de tambours ? Tout cela vous doit inspirer la joie et le plaisir, et vous faire oublier toutes les fantaisies dont vous venez de me parler. »
En même temps la sultane appela les femmes de la princesse, et après qu’elle l’eut fait lever et qu’elle l’eut vue se mettre à sa toilette, elle alla à l’appartement du sultan. Elle lui dit que quelque fantaisie avait passé véritablement par la tête de sa fille, mais que ce n’était rien. Elle fit appeler le fils du vizir pour savoir de lui quelque chose de ce que la princesse lui avait dit ; mais le fils du vizir, qui s’estimait infiniment honoré de l’alliance du sultan, avait pris le parti de dissimuler. « Mon gendre, lui dit la sultane, dites- moi, êtes-vous dans le même entêtement que votre épouse ?
 – Madame, reprit le fils du vizir, oserais-je vous demander à quel sujet vous me faites cette demande ?
 – Cela suffit, repartit la sultane, je n’en veux pas savoir davantage ; vous êtes plus sage qu’elle. »
Les réjouissances continuèrent toute la journée dans le palais, et la sultane, qui n’abandonna pas la princesse, n’oublia rien pour lui inspirer la joie et pour lui faire prendre part aux divertissements qu’on lui donnait par différentes sortes de spectacles ; mais elle était tellement frappée des idées de ce qui lui était arrivé la nuit, qu’il était aisé de voir qu’elle en était tout occupée. Le fils du grand vizir n’était pas moins accablé de la mauvaise nuit qu’il avait passée.
Mais son ambition le fit dissimuler, et, à le voir, personne ne douta qu’il ne fût un époux très heureux. Aladdin, qui était bien informé de ce qui se passait au palais, ne douta pas que les nouveaux mariés ne dussent coucher encore ensemble, malgré la fâcheuse aventure qui leur était arrivée la nuit d’auparavant. Aladdin n’avait pas envie de les laisser en repos : ainsi, dès que la nuit fut un peu avancée, il eut recours à la lampe.
Aussitôt le génie parut et fit à Aladdin le même compliment que les autres fois en lui offrant son service. « Le fils du grand vizir et la princesse Badroulboudour, lui dit Aladdin, doivent encore coucher ensemble cette nuit. Va, et du moment qu’ils seront couchés, apporte-moi le lit ici comme hier. » Le génie servit Aladdin avec autant de fidélité et d’exactitude que le jour de devant. Le fils du grand vizir passa la nuit aussi froidement et aussi désagréablement qu’il avait déjà fait, et la princesse eut la même mortification d’avoir Aladdin pour compagnon de sa couche, le sabre posé entre elle et lui.
Le génie, suivant les ordres d’Aladdin, revint le lendemain, remit l’époux auprès de son épouse, enleva le lit avec les nouveaux mariés, et le reporta dans la chambre du palais où il l’avait pris. Le sultan, après la réception que la princesse Badroulboudour lui avait faite le jour précédent, inquiet de savoir comment elle aurait passé la seconde nuit, et si elle lui ferait une réception pareille à celle qu’elle lui avait déjà faite, se rendit à sa chambre d’aussi bon matin pour en être éclairci.
(A suivre)

Libé
Jeudi 19 Septembre 2013

Lu 139 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs